Array L'étoile de Maradona s'est éteinte il y a 16 ans - FC Barcelona Clan

Chronique | Diego Maradona | dimanche 18 mars 2007 à 00:49  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Naples avait gagné par le plus petit des scores face à Bari, avec un but de Zola. Arriva ensuite le grand scandale...

Le 17 mars 1991 ne fut pas un jour de plus dans l’histoire du football. Le matin de ce jour-là, le dimanche, Javier Clemente fut remplacé comme entraîneur de l’Athletic Bilbao après avoir perdu la nuit d’avant à Castelló, et avoir laissé l’équipe aux portes de la relégation. Une situation, en ce temps, inédite à San Mamés. Le Barça, qui avait gagné à Osasuna, se dirigeait vers la première Liga de l’ère Cruyff avec autant d’autorité qu’en Italie, où la Sampdoria et l’Inter Milan luttaient pour le Scudetto.

Mais ce ne fut pas un dimanche de plus. Ni en Italie ni dans le monde du football. Cet après-midi, au Sao Paolo, Naples battait 1-0 la modeste équipe de Bari avec un but de Zola… et à la fin du match, Diego Armando Maradona fut choisi pour passer au contrôle antidopage. Le ‘Pelusa’ fut contrôlé positif à la cocaïne. Ce dimanche commença alors la fin de celui considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de tout les temps.


Le résultat de l’analyse fut gardé secret durant dix jours. L’Argentin disputa encore un match de plus, le dimanche suivant à Gênes lors duquel il marqua sur penalty le but pour l’honneur d’une équipe qui fut sèchement battue par la Sampdoria de Boskov. Mais la rumeur commençait à enfler que Diego avait été contrôlé positif face à Bari. Le mercredi 27 mars, la Fédération communiqua à Naples et au joueur le résultat de l’analyse, et la bombe fut rendue officielle deux jours après. La contre analyse effectuée par l’Institut National de Médecine Sportive de Rome confirma les soupçons. La carrière du ‘10’ en Italie était terminée.

Protagoniste dans quatre cas judicieux, l’un d’eux pour trafic de drogues, suspecté d’être un habituel consommateur de cocaïne et d’avoir des liens d’amitié avec les chefs de la mafia napolitaine, Maradona s’est enfui en vitesse de l’Italie le 1er avril, pour retourner à Buenos Aires pour, selon ses mots, « nettoyer ma réputation ».

Mais son retour à la maison n’a fait qu’accélérer sa descente aux enfers. Le 26 avril, il fut arrêté lors d’une descente des policiers dans une maison que possédait son beau-frère dans la rue Franklin du quartier du Caballito. On y a surpris un Diego, en compagnie de quatre personnes, visiblement drogués. La police a trouvé près de 50 grammes de cocaïne et dans la rue, près d’une fenêtre, un sac avec un demi kilo de la même substance…

Il s’agissait de la fin de la carrière d’un des meilleurs, sinon du meilleur, joueurs de l’histoire. Il a été suspendu 15 mois et ce n’était plus le même à son retour sur les pelouses. Ni Séville, ni Newell’s ni Boca Juniors, ou il s’est retiré, n’ont pu profiter de cette magie inégalable. Une magie qui s’est totalement éteinte en 1997 dans le club de son cœur. Tout cela après qu’en 1994, il se soit fait ‘expulsé’ du Mondial aux Etats-Unis après avoir été de nouveau contrôlé positif.

Cela fait 16 ans que la descente aux enfers de Maradona commença. Une chose est claire, cela commença bien avant. Ce qu’il y a, c’est que ce fameux après-midi, le contrôle à Naples l’a prouvé au monde entier. Pour lui, le dernier Dieu du football.


Source: Sport

Posté par barceloneman
Article lu 8592 fois