Array FC Barcelone 6-1 Atletico Madrid: Football total - FC Barcelona Clan

Chronique | Liga | dimanche 5 octobre 2008 à 09:51  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Victoire écrasante et pleine de conviction du Barça face aux madrilènes de l'Atletico. Une première mi-temps digne de l'épopée 2004-06...

Les faits et le jeu

Fort d'une série de 5 victoires consécutives, le Barça de Pep se présentait au Nou Camp en toute confiance pour affronter les colchoneros, privés eux de plusieurs cadres tels Forlan, Simao ou encore Maniche. Les catalans, le moral gonflé à bloc après 2 remontées spectaculaires d'affilée à la merengue, comptaient bien régaler leur public avant de partir en trève de 2 semaines pour cause de matchs internationaux.

Pep, comme à son habitude, alignait une composition différente de la rencontre précédente. Le technicien blaugrana décidait ainsi de se passer des services d'Alvés et alignait Puyol à sa place. Le reste de la défense était composé de la charnière centrale Piqué-Marquez et d'Abidal à gauche.
Au milieu, les clés de la maison étaient confiées au trio Busquets-Xavi-Gudjohnsen.
Enfin, le désormais classique trident Messi-Eto'o-Iniesta était aligné à la pointe de l'attaque.

Le match commence sur les chapeaux de roue puisqu'après seulement 8 minutes de jeu, les blaugrana comptent déjà 3 buts à leur compteur. Incroyable mais vrai: une entame de match idéale que même les culés les plus optimistes n'auraient pas prédit, et pourtant...
Après seulement 3 minutes de jeu et sur un corner de Xavi, Marquez plaçait une tête imparable . 1-0 (3').

but

Les colchoneros n'avaient pas le temps de réaliser ce qu'il leur arrivait que le second but survenait après que le défenseur central Ujfalusi eût accroché Messi dans la surface de réparation. L'arbitre accorde alors un pénalty qu'Eto'o transforme en prenant à contrepied Coupet. 2-0 (5').
On croit alors que le rythme de la rencontre va se calmer mais il n'en est rien puisque seulement 3 minutes plus tard. le même Messi récidive, cette fois dans le rôle du buteur rusé et plein d'opportunisme, un peu à la façon de Giggs contre Lille en Ligue des champions: alors que Coupé est encore en plein préparatifs pour placer son mur , l'argentin en profite pour placer une frappe flottante, sous le regard ahuri du gardien colchonero 3-0 (8'). Le ciel venait de tomber sur la tête des homme de Javier Aguirre. Les matelassiers ne rendaient cependant pas les armes. Ainsi, à la 12', Maxi, profitant d'un marquage assez laxiste, plaçait une somptueuse frappe que Valdés, immobile, ne pouvait qu'admirer . 3-1 (12').

Seulement, voilà, les blaugrana ont changé depuis la saison passée. Là où les hommes de Pep auraient normalement douté et se seraient compliqué la tâche tous seuls, le nouveau Barça lui décide de ne laisser aucune place à la réflexion négative et se rue à l'attaque. C'est bien là la force de ce Barça mouture 2008, un Barça au tempérament fougueux qui se bat jusqu'à la dernière seconde et finit souvent par emporter les 3 points dans les toutes dernières seconde, comme la semaine passée face au voisin de l'Espanyol ou encore contre les ukrainiens de Donetsk.

Les madrilènes, qui pensaient pouvoir enfin débuter leur rencontre après une entame de match absolument catastrophique, retombaient rapidement dans leurs travers à la 17': Xavi, d'un centre profond de toute beauté trouvait plein axe un Eto'o étrangement libre de marquage . Le camerounais controlait de la poitrine sans problème et d'un crochet trompait facilement Ujfalusi avant de battre Coupet pour une seconde fois. 4-1 (17'). Les pendules étaient remises à l'heure avec un Barça qui tenait à reprendre les commandes de la rencontre après ce but encaissé à contre-courant . Les catalans, euphoriques, continuaient sur leur rythme infernal fait de passes courtes et rapides et d'un pressing sur l'homme absolument intenable. En face, les colchoneros, complètement dépassés par cette cadence impitoyable, balbutiaient leur football. 33 % de possession de balle, et quelle possession: aucune occasion sérieuse créee dans cet intervalle, chaque ballon joué ne servant qu'à repousser un danger permanent.
L'on ne s'étonna donc pas lorsque le 5ième but, superbe, intervient: Xavi trouve Iniesta à gauche. Le manchego place une belle frappe repoussée par le montant gauche de Coupet mais qui se retrouve dans les pieds de Gudjohnsen, celui-ci ne se faisant pas prier pour inscrire le cinquième but de la rencontre. 5-1 (28').

En seconde période et avec 4 buts d'avance, le technicien azulgrana pouvait se permettre de faire tourner son effectif: ainsi, les 3 principaux protagonistes de la rencontre (Eto'o, Messi et Xavi) cédaient respectivement leur place à Henry, Bojan et Keita.
En toute logique après une telle débauche d'énergie et une avance au score aussi large, les blaugrana se montrèrent moins dangereux, se contentant de maitriser leurs adversaires en faisant efficacement
tourner le ballon.
Cela n'empêchera cependant pas Henry d'inscrire un sixième but, probablement le plus beau de la rencontre:
à l'issue d'une action amorcée par lui-même et auxquels ont participé Xavi et Bojan, le français place une frappe supersonique. Imparable. 6-1 (74')
Les derniers instants de jeu n'étaient évidemment qu'un formalité pour les protégés de Pep, auteurs d'une première mi-temps stratosphérique, bien qu'aidés par une défense madrilène largement à la dérive.
célébration

Les blaugrana ont livré une fort belle copie, surtout en première mi-temps où les occasions ne se comptaient même plus. Le rythme imposé fût infernal et on se crût bien par moments à la belle époque de la dream team 2. Les catalans ont très probablement disputé leur meilleure football de ces 2 dernières saisons. Un football rapide et précis, marque de fabrique du club, mais également un football empreint de réalisme, ce même réalisme qui leur a tant fait défaut ces 2 dernières saisons.
Autre point positif, la nette amélioration des barcelonais sur phases arrêtées: là où le Barça de Rijkaard n'inscrivait qu'un but sur 1000 coups de pieds arrêtés, celui de Pep est nettement plus opportuniste sur ces mêmes phases.

Enfin, dernier point et probablement le plus révélateur de ce début de renouveau: les catalans ont un mental d'acier. En effet, sur les dernières rencontres, quelle que soit la physionomie du match, le moral est au rendez-vous. La victoire peut être scellée après des remontées spectaculaires (inaugurée au trophée Joan Gamper contre Boca après un retournement de situation très improbable) mais également sur des scores fleuves. Dans le second cas de figure néanmoins, le Barça a déjà eu à composer avec une réduction du score mais n'a pas pris l'eau pour autant, se ruant plutôt à l'attaque pour bien montrer à l'adversaire qu'il ne s'agissait que d'un accident et qu'il était toujours présent dans la rencontre.

 

Difficile de prédire l'avenir mais une chose est certaine: chaque victoire apporte un supplément de confiance.Cette confiance finit alors par se répercuter positivement sur le jeu pratiqué. Les blaugrana ont commencé leur saison par des victoires très laborieuses sans véritable fond de jeu. Ces victoires, bien que difficiles, ont contribué à redonner le moral aux troupes de Pep qui ont fini par produire un jeu plus fluide, avec en apothéose ce match contre l'Atletico.

Des points d'ombre demeurent cependant: l'étrange mise à l'écart de Touré, probablement le meilleur barcelonais de la saison passée, ainsi qu'une défense chancelante: depuis le début de la saison, il n y a pas eu une seule rencontre où le Barça ait réussi à conserver ses cages inviolées.

Le bilan reste positif. Le Barça a réussi ses 2 premiers gros tests de la saison et l'on connaît l'importance de ce genre de matchs: une équipe incapable de gagner ses grosses rencontres peut difficilement prétendre finir en tête de la Liga. Le Barça de ces 2 dernières saisons n'était-il pas habitué à systématiquement passer à côté de ses grands rendez-vous ?

 

Les joueurs

 

Valdés: 6 Le portero blaugrana a passé une soirée très tranquillem légèrement ternie par cette superbe frappe de Maxi. Match sérieux dans l'ensemble.

Abidal: 6.5 Indiscutablement la meilleure performance du français sur ce début de saison. Vigilant derrière (face à pas grand chose il faut dire), il a également apporté sa pierre à l'édifice devant en multipliant les montées et appels de balle. A su se montrer disponible pour ses coéquipiers.

Piqué: 6.25 Performance pleine de maitrise de l'ex de Man U. Rassurant, très sobre dans sa relance et précis dans ses interventions.

Marquez: 6.75 Il a le mérite d'ouvrir le score (déjà 2 buts cette saison) sur une tête rageuse. Du reste, très bonne prestation. On avait peur du Marquez «tête en l'air», on a eu droit à un Rafa version 2006: concentré de la première à la dernière minute. Remarquable sens de l'anticipation.

Puyol: 5.75 Ses carences se sont moins vues ce soir mais elles sont néanmoins bien présentes, notamment au niveau de ses relances. Il a fait le strict minimum, à savoir défendre, là où on attendait un minimum d'apport offensif.

Busquets: 5.5 Le seul but des colcheneros est en grande partie de sa responsabilité puisqu'il perd le ballon qui amène le tir de Maxi. Un beau volume de jeu mais cela reste encore insuffisant (qui a parlé de Touré ?)

Xavi: 8.5 Le meilleur match de cette saison du vice capitaine catalan. A dirigé le jeu d'une main de maître, offrant caviar sur caviar, comme cette sublime ouverture pour Eto'o sur le quatrième but. Littéralement sur une autre planète. Homme du match. Remplacé par Keita (74')

Gudjohnsen: 5.75 A alterné le bon (son but et quelques jolies passes courtes) et le nettement moins bon, notamment cette lenteur désespérante qui casse la dynamique blaugrana.

Messi: 7.5 Performance comme à l'accoutumée, à savoir de très haut niveau. Son rôle d'électron libre (il a joué à droite mais également au centre) a fait beaucoup de mal à la défense madrilène, déjà pas très sereine à la base. L'argentin, en plus d'avoir une technique unique, est aussi un petit malin, preuve à l'appui sur le troisième but. Un grand joueur, c'est également un cerveau bien fait ! Quel dommage que ce raid solitaire n'ait pas eu une meilleure conclusion ! Remplacé par Bojan (70'). Le jeune canterano se bouge beaucoup et participe au dernier but.

Eto'o : 7.5 Revoilà le grand Eto'o, un buteur opportuniste et un travailleur infatigable qui ne ménage pas ses efforts. A largement contribué à destabiliser la défense adverse par son caractère de harceleur. Mécontent lors de son remplacement par Henry (60'). Le français s'est montré très mobile et a vu son entrée récompensée par le plus beau but de la rencontre.

Iniesta 6.5 Performance très satisfaisante, assombrie néanmoins par cette faiblesse dans le dernier geste qui lui colle à la peau. Très percutant sur son aile gauche.A trouvé la barre à 2 reprises.

Fiche Technique

Barcelone: Valdés; Puyol, Márquez, Piqué, Abidal, Sergio Busquets, Xavi (Keita, min.74), Gudjohnsen, Messi (Bojan, min.70), Iniesta et Eto'o (Henry, min.60).

Atlético de Madrid: Coupet; Perea, Heitinga, Ujfalusi, Antonio López; Luis García (Pernía, min.46), Assunçao, Raul García, Maxi Rodríguez (De las Cuevas, min.21), Agüero (Banega, min.58) et Sinama Pongolle.

Buts: 1-0: Márquez, min.3. 2-0, Eto'o (p), min.5. 3-0: Messi, min.8. 3-1: Maxi Rodríguez, min.13. 4-1, Eto'o, min.18. 5-1, Gudjohnsen, min.28. 6-1, Henry, min.74.


Posté par youssef
Article lu 15499 fois