Array Barcelone B 2-0 R.Madrid Castilla : Le collectif l'emporte - FC Barcelona Clan

Article | Barça B | mardi 24 septembre 2013 à 13:03  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Mini Clasico. Affiche entre les deux filiales qui s'affronte au Mini Estadi. Le spectacle est au rendez-vous.

Le Barça B reste sur un excellent 6/6 au Mini Estadi, après avoir successivement, et non sans efforts, Lugo et Zaragoza. Son dernier match, un déplacement à Tenerife, s'est soldé sur un 2-2 avec des buts de J.Espinosa et de Nieto. A domicile, les Catalans ont une excellente occasion de s'asseoir en bonne position au classement, et ceux aux dépens du Real. L'affiche est belle.

En l'absence de Bagnack, blessé et habituel titulaire en charnière centrale. Eusebio propose un onze inédit: Masip, inamovible dans les cages, Patric et Planas comme d'habitude animeront les ailes d'un duo défensif composé de S.Gomez et d'Ilie, le capitaine, qui recule d'un cran pour suppléer à l'absence du Camerounais. Au milieu, Samper fête sa première titularisation, tout comme Denis Suarez, frâichement acheté à City et qui jouera au lieu de Calvet, décevant face à Saragosse et Tenerife. J.Espinosa garde son poste de relayeur décalé côté gauche. Enfin, Nieto, J.Roman et Sandro Ramirez seront reconduits en attaque. A la surprise générale, Jean Marie Dongou s'assoie sur le banc des remplaçants donc. Ortola, Campins, Lucas Gafarot, Babunski, Edu Bedia et Pol Calvet l'accompagneront. 

 


 

Le match s'amorce et le Barça B effectue un pressing dur sur l'homme, plusieurs joueurs attaquent le porteur du ballon. Madrid, ainsi, sera clairement désarçonné par la vivacité adverse, plusieurs pertes de balles aboutiront à un jeu direct et en contre des Barcelonais, Espinosa, côté gauche, centre à ras de terre, et Casado, lequel avait pour ambition de dégager le cuir, manque de marquer contre son camp. Le stade, imbu pour une fois, a retenu son souffle.

Toutefois, ses première minutes d'harcèlement passe très vite. Le pressing perd en incisivité, à l'image de Samper et Denis Suarez qui récoltent un jaune chacun. Les visiteurs manquent de marquer suite à une excellente incursion de Lucas et un tir du numéro 10 Merengue, Borja Garcia, que Masip arrête suite à une claquette instinctive. 

Si, sur un corner, Patric fait faute sur Lucas Torro et que l'arbitre manque de siffler un penalty pour Madrid. Le Barça B ne faiblit pas et réhausse son niveau de jeu, Denis Suarez, notamment, bluffe par sa technique et ses déplacements intelligents. La justesse technique de Samper dans les passes courtes et longues fait le reste pour que le Barça puisse réaliser quelques phases intéressantes de possession. Mais c'est malgré tout sur un coup franc repoussé qu'Espinosa arrive à lancer Roman, qui peut travailler son défenseur sur l'aile gauche comme il l'aime. Il arrive à rentrer vers l'intérieur, dans la surface, et enclenche un tir qui bute sur un défenseur; le ballon loin d'être sorti hors du jeu, se retrouve en l'air juste devant Pacheco, le gardien Madrilène. A l'affût, Sandro Ramirez place une intelligente tête légèrement lobée. Un but que ni Raul, encore moins Inzaghi, n'aurait renié. Le stade le célèbre tout comme le staff Catalan, visiblement euphorique. 1-0 à la 24 ème.

 

Seulement, là où le Barça B pêchait par excès de confiance, les jeunots ne se montrent pas satisfaits du résultat, et c'est sur un mauvais dégagement de la défense que Suarez, partout dans cette mi-temps, récupère le ballon, avance avec avant de laisser Dani Nieto à ses envolées Messiesque, un petit dribble sur Derick, suivi d'un crochet bien senti, oblige Lucas Torro à le faucher clairement en pleine surface, l'arbitre ne peut que siffler penalty. Nieto, sans détours, prend ses responsabilités et transforme en un 2-0 qui n'aura pas été tardif et qui sonne comme le glas pour des Madrilènes bien trop pauvres techniquement à la relance et à la construction. On ne joue que la 27ème minute.

Le Barça B, dans une mi-temps visiblement à sens unique, ne compte pas en rester là, sur un ballon à priori anodin dans le côté gauche, Llorente, défenseur Madrilène, donne un ballon kamikaze à son gardien. Sandro intercèpte, et rejoue très intelligemment sur J.Roman. Espinosa qui avait fait un appel plein axe, sentant l'occasion net, se voit attribuer le ballon. Son plat du pied brossé est magnifiquement repoussé par Pacheco, le ballon retourne sur Nieto, qui au lieu de jouer en retrait pour un Sandro esseulé et qui aura réalisé une course parfaite durant toute l'action, tire en plein sur un Pacheco en feu. Néanmoins, la mi-temps ne s'achèvera qu'après que Lucas ne manque de très peu la réduction du score sur une attaque rapide. 

L'arbitre siffle la fin de la première période. Les Azulgranas auront été de taille, et imposé une intensité dans le pressing et un jeu direct éclair qui aura permuté avec des phases de possession plus calmes. Le milieu de terrain, avec Espinosa, Samper et Suarez se seront montré à la hauteur pour dicter le jeu et prendre l'ascendant dans le coeur du jeu. 

 


 

 

 

Deuxième période, le Barça B, plus inconsistant, se sera recroquevillé légèrement, laissant le soin aux Madrilènes de dicter le jeu, en essayant de jouer en contre ou de créer quelques occasions sans pour autant mettre toutes ses forces dans la bataille. Le Real lui, réhausse fatalement son niveau de jeu et l'entrée en jeu de Burgui, une sorte de Cuenca rapide et talentueux, donnera aux ailes du Réal plus de folie et de dangerosité. 

C'est toutefois le Barça qui signe la première grosse occasion de la mi-temps, un une deux sublime entre Denis Suarez et Planas dans l'aile gauche aboutit sur une parade de Pacheco. Suarez, qui aurait pu se montrer plus altruiste, manque une occasion en or de tuer le match.

Puis c'est une avalanche d'occasions du côté Madrilène; ragaillardis par l'enjeu, Burgui fixe Patric avant de manquer la lucarne; puis c'est De Tomas qui se joue de Sergi Gomez, son tir frôle le montant. 

Eusebio procède à deux changements, Suarez sort pour Edu Bedia, et Samper, blessé, pour Lucas Gafarot. Ainsi Planas se charge du poste de défenseur central, Ilie monte d'un cran, et Lucas s'installe plus à gauche.

Envers et contre tout, c'est la filiale Barcelonaise qui s'offre une occasion la plus nette. Un mauvais dégagement tombe dans les pieds d'Ilie, toujours aussi intelligent et mobile, il joue en une touche de balle pour Bedia, celui-ci, et de la même façon, lance Sandro Ramirez, idéalement oublié entre les deux défenseurs centraux bien trop écartés l'un de l'autre pour espérer intervenit. Quoiqu'il put avancer, et surement à cause de la bonne couverture d'un milieu de terrain adverse, Sandro préfère enrouler son ballon depuis les abords de la surface. Un excellent tir pour le jeune avant-centre, qui échoue sur le poteau droit de Pacheco. 

Et puis c'est la kyrielle d'occasions Madrilènes, qui voient face à eux un Masip auguste, en grâce, et en confiance surtout, qui voit tout les ballons finir dans ses mains. Il arrêtera plusieurs tirs de loins, et saura riposter à un excellent ballon de De Tomas. Le Barça B s'offrira même, en toute fin de match, le luxe de manquer le 3-0. Nieto face au but vide, manque son contrôle et se voit expréssement rattrapper par Pulido. La seconde période aura offert un visage bien terne du Barça B, qui peut remercier son gardien ainsi que les attaquants adverses, trop brouillons, de leur avoir permis de finir le match la cage inviolée.

 

Le Real B, malgré sa mauvais position au classement compte plusieurs individualités très talentueuses, Burgui, De Tomas, Borja Garcia et Lucas... Des joueurs qui peuvent prétendre à l'équipe A des Merengues avec du travail. Toutefois, l'équipe Catalane, mieux structuré dans des phases de jeu aussi importante que la relance ou le pressing, gagne logiquement, forte elle aussi d'individualités tout aussi prometteuses.

 

 


 

 

 

Les notes:

 

Masip : 9

Rassurant et serein. L'impression de maîtrise qu'il dégage est incroyable. Lui qui était pourtant 3 ème gardien dans la hiérarchie de la filiale il n'y' a pas si longtemps, évolue constamment et relègue l'une des recrues phare de l'été, Ortola, au banc. Il aura même droit à des acclamations du public qui scandera son nom en fin de match ou qui applaudira chaque touche de balle de son gardien. 

 

Patric : 5.5

Le jeu penchant à gauche, il a été invisible. Défensivement limite.

 

S.Gomez : 6

S'il essaye de combler sa lenteur par un sens de l'anticipation plus ou moins efficace, il est loin d'être incisif. 

 

Ilie : 7

Dans un poste où il n'est pas habitué à jouer, il a assuré. Comme à son habitude, il est toujours aussi rassurant balle aux pieds. Indispensable dans la relance.

 

Planàs : 7

En voilà un autre qui aura évolué. Offensivement entreprenant et percutant. Il a le mérite de ne jamais se cacher, et de constamment demander le ballon. Bon défensivement.

 

Samper : 7

Techniquement parfait, il a comblé son manque de carrure physique dans la récupération par un abattage respectable. Parfois limite et naif dans son engagement, il aura, à titre d'indicateur, pris deux petits ponts. A suivre. Remplacé par Lucas Gafarot, qui entrera en jeu avec une belle volonté de se mettre au service de l'équipe.



Denis Suarez : 7
Très intérressant. Mobile et généreux, en plus d'un toucher de balle digne des milieux de la Masia. Remplacé par Edu Bedia, bon techniquement et qui se profile être comme un très bon joker à exploiter.


Espinosa : 6.5
Il a évolué à son niveau, c'est-à-dire en enchaînant les bonnes passes et une verticalité productive. Toutefois, s'il est le meilleur joueur de l'équipe, il peine à s'affirmer comme son patron.


Joan Roman : 6.5
Précieux dans ses prises de balles et sa rapidité dans l'optique d'un jeu direct ou en contre. Il est toujours aussi éléctrique. Néanmoins, il aura été trop épisodique en seconde période.
Remplacé par Babunski, qui n'aura pas eu le temps de montrer ses qualités.


Sandro Ramirez  : 7
Surprise de la feuille de match. Sandro prouve ce qu'il montra en Junior. Un avant-centre racé à la finition efficace. 2 tirs, pour un bilan d' un but et d'un poteau. Sa prise d'espace et son travail d'abattage sont très matures. Très encourageant.



Nieto : 6.5
Bon dans l'ensemble, avec une technique dévastatrice et une 4 ème réalisation de la saison qui le conforte comme meilleur buteur de l'équipe malgré une certaine fébrilité dans la finition. 
A l'image de Joan Roman, il aura été invisible en seconde période.

Posté par barcamundial
Article lu 3929 fois