Array Atletico Madrid 1-1 FC Barcelone : Neymar déjà décisif - FC Barcelona Clan

En Une | Supercopa | jeudi 22 août 2013 à 18:18  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Après la démonstration face à Levante, le Barça se mesurait à un adversaire plus redoutable pour le compte de la supercoupe d’Espagne. Les catalans, parfois malmenés, ont finalement réussi à obtenir un nul précieux en vue du match retour.

Les faits et le jeu

Le FC Barcelone de Tata Martino part à la conquête de son premier titre de la saison, face à l’Atletico Madrid. Le club de la capitale, qui a dû laisser partir Falcao en direction de Monaco, ne s’est pas affaibli pour autant en recrutant notamment des joueurs comme David Villa du FC Barcelone et Leo Baptistão du Rayo Vallecano. Tout en gardant son ossature et son organisation défensive qui font sa force. Les matchs de préparation des colchoneros, ponctués par 4 victoires en 5 matchs, ainsi que leur victoire face au FC Séville lors de la première journée grâce à une grande maturité tactique, ont démontrés que les rojiblancos sont en forme, et prêts à affronter le champion en titre, avec l’objectif de gagner un quatrème trophée depuis l’arrivée de Diego Simeone.

El Cholo a opté pour le même 11 titulaire que la saison dernière, vainqueur en finale de la Copa del Rey face au Real Madrid, avec pour seul changement David Villa à la place de Falcao. Un changement poste pour poste, où Villa tentera pour son deuxième match officiel de combler le vide laissé par le colombien. Thibault Courtois, seulement 21 ans et déjà 100 matchs à son actif avec l’Atletico, est titulaire au poste de gardien. Juanfran, l’ancien milieu droit reconverti avec succès en arrière droit depuis l’arrivée de Simeone maintient son poste de titulaire, avec Miranda, Godin et Filipe Luis, l’international brésilien évoluant sur le côté gauche. Au milieu, Gabi et Mario Suarez sont alignés devant la défense. Arda Turan sur le côté gauche, et Koke, qui grâce à sa polyvalence et son volume de jeu est capable de jouer sur le côté droit et dans l’axe. Dans le but de mieux cerner le milieu de terrain du Barça, le récent vainqueur de l’euro des -21 ans avec la sélection espagnole prend l’axe, en laissant l’homme à tout faire de l’Atleti Diego Costa prendre le côté droit, et El Guaje Villa seul en pointe. Tata Martino décide quant à lui d’opter pour un 11 sans surprise. En défense, le seul changement par rapport au match de Levante est la rentrée de Jordi Alba, en lieu et place d’un Adriano suspendu. Busquets, Xavi et Iniesta prennent place au milieu de terrain. Le technicien argentin a décidé de ne pas encore titulariser Neymar en match officiel, et maintient le trio aligné lors de la première journée de Liga : Alexis, Messi et Pedro, les deux compères de Messi étant en confiance.

 

 

Dès le début du match, on peut voir la ligne de 5 de l’Atletico défendre relativement bas et protéger ses 4 défenseurs. Surmotivés par l’enjeu et par l’ambiance électrique du Vicente Calderon, le sentiment premier est que ce sera un match compliqué. Le Barça a la possession et tente de mettre son jeu en place le plus tôt possible dans le match. Les locaux, comme à leur habitude et encore plus lors des grands rendez-vous, laissent le ballon à leur adversaire, et se contentent d’exercer un maximum de pression sur les milieux de terrain et attaquants du Barça dans leur moitié de terrain. Une grosse intensité au milieu empêche le champion d'Espagne de développer son jeu et d’atteindre Messi, encerclé par plusieurs adversaires. Les premières minutes voient une domination stérile du Barça qui a la possession du ballon, mais sans se créer d’opportunités. Le match augmente encore plus en intensité après un premier accrochage entre Diego Costa et Jordi Alba, lors duquel ce dernier en rajoute avec une simulation. Deux minutes plus tard, après une perte de balle de Messi, l’Atlético Madrid part dans une contre attaque orchestrée par David Villa et Arda Turan. Après une combinaison entre les deux joueurs sur le côté gauche, le turc centre à mi-hauteur pour l’ancien barcelonais, qui n’hésite pas à prendre sa chance à l’entrée de la surface d’une superbe reprise de volée qui se loge dans les filets de Victor Valdés et ouvre le score 1-0 après dix minutes de jeu.

Comment se fait-il que deux joueurs aient pu parcourir quasiment à eux seuls plus de 50 mètres et à marquer au milieu de plusieurs joueurs du Barça ? La perte de balle de Messi, à plus de 65 mètres de son but, n’est évidemment pas la cause directe de l’ouverture du score. Le repli défensif des joueurs du Barça, est quant à lui désastreux, en l’occurrence celui de Daniel Alves. En effet, sur le tir de David Villa, les joueurs à proximité sont Busquets et Piqué. Mais le premier, auteur d’un pressing au début de l’action, revenait en sprintant pour couvrir son poste. Piqué, aurait peut-être pu sortir plus rapidement sur son ancien coéquipier, mais était néanmoins en position correcte. L’arrière latéral brésilien quant à lui, s’est retrouvé à hauteur d’El Guaje à deux reprises lors de l’action, notamment sur sa dernière passe à Arda Turan. Avant que David Villa, vendu pour 2.1M€ (somme pouvant atteindre 5M€), prenne 20 mètres d’avance sur Dani Alves avant sa volée, ce dernier revenant tranquillement en défense. Alves étant un joueur quasiment infatigable, capable d’avaler les kilomètres tout au long d’une rencontre et d’être un très bon défenseur en un contre un, il s’agit donc d’un manque flagrant de concentration dans le repli défensif.

 

L’Atlético, porté par l’ouverture du score et par un public chaud bouillant, tente d’enfoncer le clou dès le quart d'heure de jeu avec un tir de David Villa de la ligne médiane, qui passe juste au dessus de la lucarne. Tir qui démontre toute sa confiance, chose qu’il avait perdue en Catalogne. Juste après, une belle combinaison permet à Villa de se retrouver au milieu de la défense blaugrana, mais une intervention in-extremis du duo Alba-Piqué empêche l’ancien pensionnaire du Camp Nou de se présenter seul face à Valdès et d’armer sa frappe. Les blaugranas, comme à leur habitude, tentent de refroidir l’adversaire et de se remettre dans le match en faisant tourner le ballon en multipliant les passes. Mascherano et Piqué, auteurs de plusieurs transversales et de courtes percées vers l’avant démontrent lors de ce match l’importance de la relance pour les défenseurs centraux au Barça. Mais les deux lignes de 5 milieux et de 4 défenseurs de l’Atlético empêchent les culés de développer leur jeu. Là sera un des plus grands défis de Tata Martino, qui consistera à trouver une solution face aux blocs adverses compacts de 10 joueurs qui défendent avec beaucoup d’intensité dans leurs 40 derniers mètres. Le Barça tire pour la première fois au but grâce à Messi, excentré en dehors de la surface. Sa frappe passe assez nettement au dessus des cages de Courtois, mais c’est la première opportunité de tirer au but des barcelonais (22'). Quatre minutes plus tard seulement, Xavi décale Dani Alves sur le côté droit. Ce dernier centre pour Alexis Sanchez, qui, malgré sa détente, est trop court et n’arrive pas à atteindre le ballon. Ce sera la plus grande alerte sur les buts de Courtois lors d’une première demi-heure marquée par l’intensité et l’agressivité du milieu madrilène. Une agressivité caractérisée par un tacle de Koke sur Busquets, qui gardera les crampons du numéro 6 rojiblanco en souvenir sur son genou.

 

Le jeu devient de plus en plus haché au milieu de terrain. Les tacles sont plus nombreux, les fautes aussi, mais les rideaux défensifs des protégés de Simeone sont toujours impeccables et empêchent un Barça peu inspiré de se créer des occasions. Messi se tient la cuisse et perd presque tous ses ballons, Pedro est brouillon sur son côté gauche et n’est pas une menace pour la défense adverse. Iniesta n’arrive pas à faire la différence, Xavi ne peut rien faire avec le ballon face au manque de mouvements de ses co-équipiers, et les passes lasers de Busquets sont bien lues par le milieu madrilène. La tension augmente sur la pelouse, et Juanfran est averti, suite à une faute évidente sur Alexis Sanchez, malgré les protestations incessantes d’un Diego Simeone extrêmement actif sur le bord du terrain (36'). Il est imité deux minutes plus tard par Filipe Luis, lui aussi averti après une faute sur Dani Alves. Undiano Mallenco distribue un autre avertissement pour Busquets, qui tacle Mario Suarez pour stopper une contre attaque. Ce dernier quart d’heure ne restera pas dans les annales du football, étant marqué par les fautes de plus en plus nombreuses et du manque d’inspiration des catalans. C’est ainsi que l’arbitre renvoie les joueurs aux vestiaires. Les matelassiers défendent à dix et ont profités de leur seule occasion franche. Alors que le Barça attaque sans conviction avec un Messi visiblement sur une jambe, un Pedro emprunté, un Alexis Sanchez dont les efforts ne suffisent pas, et un milieu complètement dominé par l’intensité adverse. Le score, à la mi-temps, est logiquement en faveur de l’Atletico Madrid.

 


À la mi-temps, Messi touché à la cuisse gauche, cède sa place à Cesc Fabregas. Perdre Messi est handicapant, mais mieux vaut un Fabregas en pleine forme plutôt que l’argentin de la première mi-temps, gêné par une contusion et impuissant face à ses adversaires. Dès la reprise, le Barça se créé une première occasion. Alexis Sanchez, bien lancé en profondeur mais un peu trop excentré, bute sur Courtois. Il se relève et remet en retrait pour Cesc, son enchaînement contrôle-frappe n’est pas assez rapide et permet à la défense de revenir, alors que le but était pratiquement vide (49'). Le leader catalan ne s’était pas créé une aussi bonne occasion lors de toute la première mi-temps. Une minute plus tard, c’est à Iniesta de tenter sa chance en dehors de la surface. Thibault Courtois se détend et capte la balle en deux temps. C’est ensuite au tour du club local de se montrer menaçant. Un coup franc excentré de Koke prend une trajectoire rentrante, le centre n’est touché par aucun joueur et surprend presque Victor Valdès, mais le ballon passe à droite des buts. En moins de dix minutes, il y a eu plus d’occasions que lors de tout le premier acte. Les barcelonais paraissent plus impliqués, plus concentrés et jouent plus haut sur le terrain. L'Atletico, toujours bien organisé, commence néanmoins à montrer des signes de fatigue, le pressing et l’intensité du travail défensif des colchoneros baissent petit à petit. Fabregas apporte plus de présence avec son entrée. Malgré son positionnement en faux 9 au milieu d’une défense regroupée, sa vision du jeu largement au dessus de la moyenne met plus à l’aise ses coéquipiers. Mais cela manque encore de folie et de tranchant en attaque. Tata Martino décide alors d'appeler Neymar. Il a le choix de remplacer un Pedro inexistant, ou de replacer Fabregas au milieu et de sortir Xavi ou Iniesta pour un jeu plus direct. Le capitaine pouvant être précieux par sa capacité à poser le jeu, le manchego étant capable de se révéler à n’importe quel moment, Pedro est le joueur sacrifié, et Neymar fait son entré côté gauche à l'heure de jeu.

Une autre action des madrilènes permet à Diego Costa de se retrouver sur le côté droit et d’armer un centre tir en direction de Valdès. Le gardien du Barça stoppe parfaitement le cuir (60'). Le brésilien, très remuant, arrive à provoquer une énième faute et Alba est le deuxième joueur averti du côté catalan. Mais c’est maintenant au tour d’un autre brésilien de s’illustrer. Après une séquence de jeu de plusieurs passes, Xavi arrive à lancer Alves sur son côté droit. Ce dernier centre pour Neymar, qui, de la tête, surprend Juanfran et Courtois. La seule recrue du Barça cet été permet à son équipe d’égaliser et de mettre les catalans en position favorable en vue du match retour 1-1 à une demi heure du terme. Une analyse tactique détaillée du but est disponible sur le portail. http://www.fcbarcelonaclan.com/actu/lecon-tactique-6-premier-but-de-neymar/10168.html . L’Atletico tente de réagir à travers David Villa. Lancé en profondeur, la trajectoire de la passe empêche Piqué d’intervenir et Villa croise sa frappe du gauche, mais Valdès intervient façon gardien de handball. Les joueurs de Tata Martino ont définitivement pris l’ascendant physique sur ceux de Diego Simeone. Les opportunités sont plus nombreuses, comme ce coup-franc tiré par Xavi (72’) juste au dessus des cages de Courtois, après un beau travail d’Alexis Sanchez. Le chilien justement, a failli profiter d’une superbe ouverture de Fabregas dans la surface, mais son contrôle permet à Courtois de fermer l’angle et de contrer sa frappe (74’).

L’Atletico décide d’injecter du sang frais, en faisant rentrer en l’espace de 5 minutes, la petite pépite du club Oliver Torres à la place de Koke. Puis la nouvelle recrue Leo Baptistão à la place d’un Arda Turan qui a beaucoup donné offensivement et défensivement tout au long de la rencontre. Et enfin l’uruguayen Cristian Rodriguez qui remplace Diego Costa. À dix minutes de la fin, le Barça a toujours le monopole du ballon, et l’Atletico semble se satisfaire du résultat, tant les locaux n’ont plus les jambes pour attaquer. Le jeu des catalans est plus fluide, le pressing madrilène est moins intense, mais les occasions de marquer le deuxième but se font rares. Neymar prend son deuxième carton jaune en deux matchs après une faute inutile en fin de match. Dans la foulée, Song entre en jeu à la place de Xavi. Le camerounais fait signe à Busquets que les deux joueront en double pivot devant la défense pour les dernières minutes. Une option tactique que l’on ne verra pas assez lors de ce match pour pouvoir la juger. Le match se termine tranquillement après que les deux équipes aient livrés un beau combat tactique.

 

Ce n’était pas un match très plaisant à voir pour les amateurs de football champagne puisque les occasions n’étaient pas très nombreuses. Mais c’était bien un match de haut niveau avec une équipe de l’Atletico Madrid qui démontre qu’elle a la maturité des grandes équipes avec des joueurs qui accumulent de plus en plus d’expérience. Du côté du blaugrana, ce match était le premier vrai test de la saison après le festival contre Levante. L’opposition était d’un tout autre niveau au Vicente Calderon. Mais impossible de tirer des conclusions après seulement deux matchs officiels. Les deux prochains matchs, à la Rosaleda face à Malaga et au Camp Nou lors du match retour de la supercoupe contre l’Atlético donneront plus d’indications quant au niveau collectif et individuel de l’équipe.

 

 

 

Les joueurs

 

Valdés : 6

Encaisse un but sur la première frappe cadrée de l’adversaire. Certes, la frappe de Villa était puissante et bien placée, mais il aurait été souhaitable qu’il soit encore plus décisif. Il a néanmoins été serein sur ses autres interventions et ses relances, où il se remet à jouer court.


Alves : 4.5

A sa part de responsabilité sur le but, son repli défensif étant mauvais. Présent sur son côté mais très peu inspiré, il a néanmoins le mérite d’avoir été à l’origine du but égalisateur.


Piqué : 6

Il n’a pas été impérial sur le but et a été pris dans son dos par Villa à une reprise. Mais pour le reste, il a gagné la majorité de ses duels. Pas encore impeccable, mais du mieux.


Mascherano : 7

Totalement maître de son sujet. Toujours aussi discipliné tactiquement, il ajoute à sa grinta et à son agressivité son excellente relance balle au pied.


Alba : 4

Mis en difficulté par Diego Costa, il a assez souvent perdu son duel face au brésilien. Offensivement, il a fait de mauvais choix, il n’est pas encore au top.


Busquets : 5.5

Pas particulièrement mauvais, mais pas aussi bon que d’habitude. Parfois en retard au niveau de la couverture, pas assez tranchant au niveau de la récupération du ballon, et n’a pas été très efficace au niveau de la relance et des transmissions.


Xavi : 5.5

Xavi est le cerveau du Barça. Mais le cerveau ne peut pas fonctionner correctement si les autres organes ne servent à rien. Très peu de mouvement en face de lui, il avait peu de solutions de passes. Malgré ça il a tenté de s'en sortir tant bien que mal. Song le remplace en fin de match pour fermer le milieu.


Iniesta : 4.5

Clairement en manque d’imagination et d’inspiration. Une frappe à la 50ème minute, sinon RAS. Pas encore dans le rythme, le Manchego peut faire beaucoup mieux qu’une prestation aussi terne.


Pedro : 4

Mauvaise prestation de Pedro qui n’a pas servi à grand chose. Même son pressing n’était pas à la hauteur, balle au pied il a quasiment tout raté, et a été dominé dans le défi physique. Il cède sa place à Neymar (59') qui est déjà décisif. Un but très important avant le match retour au Camp Nou. À part ça il n'a pas réussit grand chose, mais le brésilien a fait le nécessaire. Prend encore une fois un carton jaune inutile après qu’il ait manqué un dribble.


Alexis : 6

Si sa prestation n’est pas vraiment excellente, il s’en sort très bien par rapport à ses camarades. De l’envie, du pressing, des dribbles pas toujours réussis mais il a tenté, ce qu’il ne faisait pas et qu’il fait plus souvent. Un des hommes en forme.


Messi : 4

Une accélération en début de match, une frappe au dessus, et puis c'est tout. Ce qui pourrait, en partie, être justifié par sa blessure, qui n’est finalement qu’un hématome. On attend beaucoup mieux de sa part pour le match retour. Il cède sa place à Fabregas pour la seconde période. Il est, à l’image d’Alexis, un des hommes en forme. À défaut d’avoir fait des mauvais choix devant le but à deux reprises, il a créé des occasions et s’est créé des opportunités. Le tout en jouant à un poste compliqué au milieu de plusieurs défenseurs adverses.

 

 

 

Fiche technique

·         Atlético : Courtois; Juanfran, Miranda, Godín, Filipe; Diego Costa (Cristian Rodríguez, 79'), Mario, Gabi, Koke (Oliver Torres, 72'), Arda (Leo Baptistao, 76'); et Villa.

 

 


         FC Barcelone :  Víctor Valdés; Alves, Piqué, Mascherano, Jordi Alba; Iniesta, Sergio Busquets, Xavi (Song, 86'); Alexis, Messi (Cesc, 46') et Pedro (Neymar, 59').


Arbitre : Undiano Mallenco

Avertissements : Juanfran (35’), Filipe Luis (38’), Mario Suarez (55’) pour l'Atletico Marid. Busquets (43’), Alba (65’), Neymar (85’) pour le Barça.

Buts : 1-0, m.12 : Villa. 1-1, m.66 : Neymar.

54000 spectacteurs.

 

 


Posté par Ihabinho
Article lu 6199 fois