Array Le Barça met en pièces le Panathinaikos - FC Barcelona Clan

Article | Basket | samedi 1 novembre 2008 à 00:30  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Le Regal Barça a battu son principal grand adversaire du groupe, le Panathinaikos (90-66)...

 

Navarro 21ptsAvec un basketball de grand niveau et sans fissures, le Regal Barça a laissé entrevoir de belles ambitions pour cette saison. Composé d'un effectif au complet, les joueurs ont répondu aux attentes de l'entraineur.

Les azulgranas ont frôlé la perfection durant un bon nombre de minutes. Ils ont eu un écart maximal de 32 points (80-48), mais ils ne l'ont pas fait contre n'importe qui, puisque c'était le Panathinaikos de Zeljko Obradovic.

Le Barça a déployé toutes sortes de ressources. Xavi Pascual a manié avec maîtrise son arsenal dès le début de la rencontre. Les azulgranas n'ont pas hésité à jouer dans la raquette. Malgré le potentiel de Nikola Pekovic, ils ont su scorer et resserer la défense.

Les azulgranas n'ont été mené qu'au tout début par leurs adversaires (5-6). A partir de là, les locaux ont dominé avec commodité dans toutes les facettes du jeu avec les différents protagonistes.

Par exemple, dans le premier quart-temps, Ersan Ilyasova a donné un récital de polyvalence. A noté qu'il n'a pas été mauvais aux rebonds, bien secondé par Daniel Santiago dans la peinture. Pekovic n'a pas pu faire grand-chose, condamné à retourner sur le banc après avoir commis deux petites fautes.

Sous la direction de Sada, titulaire à la place de Lakovic, le Barça n'a pas commis d'erreurs. L'avantage pour les azulgranas a augmenté petit à petit jusqu'à ce que celui-ci atteigne la dizaine de points.

Les Grecs n'ont pas trouvé de solutions et le Barça a atteint une différence maximale de 11 points (26-15) dans les dix premières minutes. Dans le second quart, Pascual a donné une prééminence à ses extérieurs. C'est à ce moment-là que Juan Carlos Navarro a commencé à briller (21pts au final).

L'ailier enchaînait les paniers, peu importe l'adversaire. Avec le principal soutien de Grimau, les joueurs n'ont rencontré comme seule opposition Pekoic, l'unique alternative qu'avait Obradovic.

Les azulgranas ont fusillé un adversaire qui ne trouvait pas de solutions à différentes alternatives projetées par la Barça. Au repos, la victoire se dessinait déjà en faveur des locaux (50-33).

Loin d'être satisfait du revenu gagné, la Barça agrandissait encore l'écart. Pascual mettait trois petits extérieurs et parmi eux, Victor Sada a spécialement brillé. Le Sada qui était sur le terrain ce jeudi soir ne ressemblait en rien au joueur qui avait dû quitter le FC Barcelona il y a quelques années, alors qu'il évoluait la plupart du temps dans la cantera.
 
De la raquette, avec Santiago, Vázquez et Andersen; ou du périmètre avec Navarro ou Grimau, le Barça trouvait toujours des réponses devant un Pana qui ne semblait pas voir la lumière au bout du tunnel.

Le Barça a baissé les bras uniquement dans les 5 dernières minutes de la partie, quant ils avaient une avance de 32 points (80-48). Au final, les hommes de Pascual se sont imposés de 24 points et ont égalé leur victoire la plus volumineuse de toujours devant le Panathinaikos (113-89 lors de la saison 81-82), mais le plus important, c'est qu'ils l'ont fait face à unes des références en Europe.

 

La fiche du match :

FC Barcelona (26+24+22+18):  Sada (3), Navarro (21), Barton (5), Ilyasova (14), Santiago (8) -cinq de départ-, Lakovic (7), Vázquez (12), Basile (2), Grimau (9) y Andersen (9).

Panathinaikos (15+18+12+21): Nicholas (4), Diamantidis (10), Perperoglou (-), Fotsis (9), Pekovic (15) -cinq de départ-, Batiste (14), Hatzivretas (-), Tsarsaris (4), Jasikevicius (6) y Kecman (4).

Arbitres: Facchini (ITA), Jovcic (SRB) et Chambon (FRA). Éliminé: Santiago (m.38) et Pekovic (m.38)

Palau blaugrana, 6.653 spectateurs.

 

 

Jasikevicius, de retour de manière éphémère

En attendant le retour définitif...

Sarunas JasikeviciusHier soir, un enfant revenait au pays. Il s’agissait de Saras, alias Sarunas Jasikevicius. Devenu l’idole du peuple catalan entre autre lors du triplé de la saison 2002-2003, il s’en était allé, non sans peine, du côté de l’Israël pour s’engager avec le Maccabi Tel Aviv. Après l’idylle américaine du côté d’Indiana et de Golden State, il revient en Europe pour s’engager lors de l’été 2007 avec le Panathinaikos.

Cet été, son retour au Barça a été longuement évoqué. En vain… Les catalans doivent se contenter du retour au pays de l’enfant prodige Juan Carlos Navarro, qui avait également voulu tenter l’aventure dans la Grande League (la NBA) malgré son âge avancé. Cela fait maintenant 5 saisons que Saras a quitté le club qu’il considère « comme sa maison ». Agé maintenant de 33 ans, les chances sont faibles pour que le public catalan puisse à nouveau s’extasier devant les prouesses de Jasikevicius. Mais qui sait…

Relégué sur le banc par son coach Obradovic, Jacikevicius n’a pu s’exprimé que durant 14 minutes hier sur le terrain du Palau Blaugrana, rongeant son frein sur le banc, désolé de voir ses coéquipiers subir une telle déroute.

 

Le Barça en tête de son groupe

Suite à la victoire contre le Panathinaikos, équipe qui était, sur papier, le candidat le plus sérieux à mettre en péril les plans de Xavi Pascual, et après la balade nancéenne, suivie par deux socios du Clan dans ce qu’on a coutume d’appeler l’enfer de Gentilly, le Barça confirme qu’il ne devrait pas avoir trop de soucis à se qualifier pour le TOP 16 puisque l’équipe doit se trouver dans les 4 premières de son groupe (composé de 6 équipes) pour rejoindre le tour suivant. Mais après deux victoires aussi larges, le Regal FC Barcelona montre bien que son but n’est pas de s’arrêter au prochain stade mais bien de rejoindre Berlin, là où se déroulera le Final Four avec les quatre derniers rescapés de l’aventure, au début du mois de mai.

 

Ecrit en collaboration avec The Belgian Lion


Source: SPORT

Posté par Roblewin
Article lu 7393 fois