Array FC Barcelone 1-2 Real Madrid : Fin de ciclo - FC Barcelona Clan

En Une | Clasico Et Derby | jeudi 17 avril 2014 à 22:02  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Le Barça est défait en finale de la Copa face au grand rival, le Real Madrid.

Les faits et le jeu



C'est l'heure de la finale tant attendue. Vicente Del Bosque est présent, ainsi que le Roi d'Espagne. La tension est palpable, la pression atteint son paroxysme au Mestalla. Les deux équipes sont dans l'obligation de gagner. Le Barça pour écarter le Real d'un possible triplé et aussi d'asseoir sa domination sur le rival en gagnant un trophée dont il est le recordmen. Et le Real, pour "valider" le travail de Ancelotti, afin d'aborder aussi d'une manière très sereine la demi-finale de C1 face au Bayern.

C'est un clasico assez particulier, par l'enjeu et ce que ça peut représenter pour les deux clubs, mais aussi par l'absence des joueurs. Côté catalan, Piqué est en tribunes, Puyol sur le banc, avec Alexis et surtout Pedro. Les madrilènes eux doivent faire sans des cadres de l'équipe comme Arbeloa, Marcelo et surtout Cristiano Ronaldo. Tata Martino fait dans du ultra classique pour ce match (c'est à se demander si c'est lui qui signe la feuille de match), Pinto dans les buts. Une défense Alves, Bartra, Mascherano, Alba. Busquets est accompagné de Xavi et Cesc. Devant, Iniesta et Neymar sont avec Messi. Pour Carlo Ancelotti c'est plus compliqué, car ses choix sont restreints à cause des forfaits. Casillas retrouve les cages et le brassard. Carvajal est à droite, Coentrao à gauche, Pepe et S.Ramos prennent l'axe. Xabi Alonso et Modric évolueront avec Isco, qui a marqué des points face à Dortmund en Champion's. Devant, Bale et Di Maria sont alignés au côté de Benzema, qui se chargera d'être le référent numéro 1 en attaque.

La rencontre débute avec un Real Madrid assez agressif (dans le bon sens du terme) et plutôt haut. Les barcelonais peinent à rentrer dans le match, ils n'arrivent pas à trouver cette maitrise habituelle qui leur permet de commencer le match tranquillement. Petit à petit, le Barça retrouve sa possession classique, le jeu se passe côté gauche avec le trio Iniesta-Cesc-Alba. C'est d'ailleurs le latéral espagnol qui tente la profondeur sur une passe de Iniesta, mais sans succès (4'). Le début de rencontre est timide, mais los blancos montrent plus de volonté dans la récupération et l'utilisation du ballon. Ils trouvent vite des espaces dans l'entrejeu, où un manque de pressing et de repli est flagrant. Bale s'essaye à la frappe en étant excentré côté gauche mais le gallois ne trouve pas le cadre (5'). Dans la foulée, c'est Benzema, très bon dans son rôle de neuf et demi, qui trouve Bale dans la surface. Le gaucher madrilène arme sa frappe mais c'est Mascherano qui contre le tir. Les catalans dominent la possession et font tourner face à un bloc attentif et prêt à exploser en contre. La donne est clair, Ancelotti veut profiter des espaces laissés par le milieu afin que les défenseurs soient découverts et pris de vitesse par la rapidité d'un Bale ou Di Maria. Onzième minute, le plan s'exécute. Les barcelonais sont en phase offensive, font quelques redoublements de passes jusqu'à ce que Alves veuille trouver Neymar sur le côté droit. Isco anticipe et trouve Bale entre les lignes qui passe le ballon à Benzema côté gauche. L'international français joue en première intention vers Di Maria qui a entamé son sprint bien avant en laissant Jordi Alba sur place. L'espagnol rattrape l'ancien ailier du Benfica lorsque ce dernier arrive dans la surface. Di Maria croise son tir, Pinto effleure le ballon qui s'en va mourir dans les petits filets, le Real ouvre le score, 1-0. C'est la configuration parfaite de désirait le technicien italien. Ce qui est surprenant, c'est la facilité à laquelle la ligne des milieux catalans a été effacé, Busquets est aux abonnés absent.


Le Real fait l'entame idéal, dès lors, ils se concentrent plus à ne pas subir les assauts des culés. Mais les hommes de Martino n'arrivent pas à trouver de profondeur, ni de combinaisons rapides. La possession est quasiment stérile. Avec les espaces laissés dans leur dos, l'équipe replonge 1 an en arrière où le bloc n'était pas soudé du tout. Les "jugones" errent sur la pelouse, seuls Iniesta et Xavi essaient d'apporter de la vitesse, avec Neymar côté droit, et Alba à gauche, mais c'est trop peu pour inquiéter l'équipe madrilène. De leur côté, Isco étonne par son travail défensif et complète parfaitement le trident. Pepe est intraitable derrière. Di Maria tente sa chance à l'entrée de la surface mais son tir est écrasé (18'). Après une vingtaine de minutes assez apathiques, les catalans semblent enfin rentrer dans la partie. Une bonne séquence permet à Iniesta de trouver Cesc à l'entrée de la surface côté gauche, l'ancien gunner centre à ras de terre pour trouver Neymar au second poteau, mais le ballon passe devant Casillas tandis que le brésilien n'y a pas cru (20'). La circulation du ballon est un brin plus fluide, Alves centre dans le paquet et c'est Jordi Alba qui reprend de la tête mais Casillas veille au grain (23'). Les catalans s'offrent quelques opportunités, sans que cela ne soit très dangereux. Messi, totalement fantomatique se réveille enfin, doucement. Les merengues restent tout de même dangereux dans l'utilisation du cuir. Ils profitent des trous dans le milieu, incroyablement laissés par les catalans (qui sont supposés jouer le surnombre dans cette zone). Cela offre quelques situations dangereuses, comme Di Maria côté droit qui est lancé dans la profondeur, l'argentin trouve Benzema dans l'axe mais ce dernier est repris par l'arrière garde barcelonaise (24'). La possession reste tout de même stérile, une fois arrivé dans les trente derniers mètres, l'inspiration manque. Neymar tente de déstabiliser la défense, mais Coentrao assure face à son adversaire. L'ancien de Santos, dans une tentative d'accélérer le jeu sert Xavi en retrait qui frappe bien au dessus (27').

Le dernier quart d'heure n'offre aucun changement dans la physionomie de la rencontre. Après un corner à deux, Messi accélère entrant dans la surface, tente la frappe mais c'est trop écrasé pour inquiéter Casillas (35'). Dominateur dans la possession, ce sont les merengues qui se montrent les plus dangereux. Dans la minute qui suit la pauvre occasion de Messi, Di Maria dans la surface sert en retrait Isco mais Jordi Alba a pu anticipé et sauver les siens. Toujours dans la continuité, c'est cette fois-ci Bartra qui tacle pour empêcher Benzema de réceptionner un centre de Di Maria. Les catalans ont chaud sur chaque offensive des madrilènes. Benzema est dans un grand soir, l'ancien lyonnais livre une prestation de haute volée, surtout dans son rôle fétiche de "jugon" pour servir les autres. La seule occasion très chaude arrivera finalement à la fin de cette première période. Les catalans prennent le dessus côté gauche, l'argentin réceptionne le cuir à l'entrée de la surface et frappe instantanément mais ça passe à côté (42'). Un premier acte à l'avantage des hommes de Ancelotti. Au niveau du score, des occasions, les merengues semblent mieux armés pour contrer le jeu catalan, un jeu en panne d'inspiration et une première ligne défensive inefficace.


La seconde période reprend, avec un premier changement côté Barça, Jordi Alba, blessé, est contraint de céder sa place à Adriano. La donne ne change pas, le Barça fait tourner, le Real attend pour mieux percer. Isco sert Bale côté droit, l'ancien ailier de Tottenham accélère et slalome entre Mascherano et Adriano, finit par un pointu pour surprendre Pinto mais c'est juste à côté (49'). Juste après, c'est Messi qui a l'occasion d'égaliser sur un coup franc idéalement placé. L'argentin tire bien au dessus, il n'est pas en forme du tout. La Pulga traverse ce match comme un fantôme et n'a aucun impact sur le jeu blaugrana. Les madrilènes ont toujours l'ascendant malgré la fatigue qui se fait ressentir, sur corner, Busquets repousse le cuir de la tête. Bale contrôle et enchaine avec une demi volée qui passe juste au-dessus (55').

Les blaugranas essaient d'amener du danger, mais c'est encore trop timorée. C'est l'heure de jeu, et comme prévu, Cesc cède sa place à Pedro. Les catalans repassent à un 4-3-3 plus classique, avec un élément explosif capable d'apporter vitesse et tonicité. Sur un corner merengue, Benzema place sa tête, Pinto capte le ballon en deux temps (62').  Dans la minute qui suit, Benzema toujours est bien servi à l'entrée de la surface, le français tente l'enroulé mais Mascherano contre et ça passe juste à côté. Le match se débride, les blaugranas se montrent plus enthousiastes tandis que les madrilènes restent redoutables en contre. Di Maria commence à tirer la langue, mais l'équipe reste bien en place et côté Barça Xavi se montre plus entreprenant dans ses déplacements et va plus vers l'avant. Bartra monte balle au pied, n'est pas attaqué et tente la frappe des 25 mètres, Casillas boxe le ballon (65'). Les merengues sont toujours dangereux près des buts barcelonais, Pinto détourne en corner une frappe de Benzema (67'). Sur le coup de pied de coin qui suit, Bale devance la sortie de Pinto et Pepe marque, mais le très bon arbitre Mateu Lahoz refuse le but car Bale a touché le portier catalan. Le Barça repart à l'attaque et obtient un corner. Xavi s'en charge, Pepe oublie Bartra au marquage et le jeune défenseur espagnol place une tête en lucarne, 1-1. D'un 2-0, le score est de 1-1 grâce à Bartra qui offre un très bon match ce soir. C'est le premier but encaissé par Casillas en Copa cette saison.



Dès lors, les barcelonais vont vers l'avant, le rythme s'accélère. Les catalans campent dans la partie merengue et veulent à tout prix chercher le but de la victoire. Mais les occasions se font rare, cependant, les coéquipiers de Casillas continuent leur plan qui est de profiter des larges espaces laissés par le milieu. Benzema côté droit tente le contre mais Mascherano jaillit pour stopper net (et de manière régulière) l'attaquant merengue (80'). La partie se dirige plus vers les prolongations, la fatigue prend le dessus. Modric s'infiltre dans l'axe en résistant à Busquets et frappe des 20-25 mètres, le tir est flottant et finit sur le poteau extérieur de Pinto (81'). Les merengues ont beaucoup tentés de loin, considérant que Pinto est peu rassurant, mais la plupart des frappes n'ont pas été dangereuses. Di Maria s'essaye à l'exercice, ça passe largement au dessus (84'). Adriano ensuite côté barcelonais, mais trop mou pour inquiéter Casillas. Il reste 5 minutes dans le temps réglementaire quand le Real récupère un ballon dans sa moitié de terrain côté gauche. Coentrao sert Bale le long de la ligne, qui efface un premier adversaire et pousse son ballon en entamant un sprint. Bartra le pousse hors du terrain mais cela ne suffit pas et le gallois va tellement vite (à 31 km/h) qu'il revient sur la pelouse pour récupérer le cuir. Bartra est dépassé mais tente de le rattraper, en vain. Pinto sort timidement et Bale glisse le ballon entre ses jambes, 2-1. Le Real abat son rival sur un exploit individuel de son transfert phare. Les blaugranas partent à l'attaque, mais le Real peut profiter des contres. Benzema a l'occasion de tuer le match mais Pinto s'impose en deux temps (87'). Ancelotti sort Di Maria pour Illarramendi afin de densifier le milieu, puis Isco pour Casimero, dans le même but. Martino fait sortir Bartra pour Alexis Sanchez afin de jouer le tout pour le tout. Mais les madrilènes tiennent bon, jusqu'à ce que Xavi près de la surface sert sur un plateau Neymar dans le rectangle vert. Le brésilien est seul face à Casillas et frappe de la pointe du pied, l'égalisation est proche, mais non ! C'est le poteau qui sauve le Real (89') ! Ancelotti casse encore le rythme pour faire entrer Varane et tout verrouiller. Le Barça n'inquiètera plus Casillas. Le Real remporte la Copa del Rey.

Une victoire méritée des madrilènes qui auront été meilleurs dans l'application des consignes et globalement dans le jeu. Bien que dominateurs dans la possession, les culés n'auront que très peu inquiétés la défense adverse. C'est la première fois réellement que le rapport de force est inversé, la sérénité a changée de camp durant cette finale et les cadres barcelonais n'ont pas été à la hauteur pour la plupart. Sans inventivité, sans création, trop prévisible dans le jeu et même le coaching, le Barça ne pouvait espérer mieux. C'est la fin du cycle, d'une histoire, d'un chapitre. Il faut passer à autre chose. Deux ans que cet effectif survit et l'achat d'un crack ne peut suffir à renforcer une équipe qui a tout gagné. Malheureusement ça passe par la perte des trois titres importants en 1 semaine, mais cela peut être un mal pour un bien.



Les joueurs

 

Pinto : 4.5

Il n'est pas mauvais sur ses interventions, sauf sur l'essentiel, les deux buts.


Alves : 2.5


Directement fautif sur l'ouverture du score, l'ancien sévillan n'était pas au mieux et semblait être perdu. Peu d'impact balle au pied, il a déserté son couloir quand il s'agissait de défendre. Et pourquoi tous ces centres dans le vide ?


Bartra : 7

Le meilleur blaugrana de la soirée est un jeune canterano qui reçoit le feu vert à la dernière minute. Bartra a assuré en défense, peu pris en danger, il sonne même la révolte en chauffant les poings de Casillas et en allant égaliser de la tête. Impliqué sur le but de la victoire, mais il n'a pas la vitesse du gallois, ni le vice d'un Mascherano pour faire une faute. Mais il a eu le mérite de faire l'effort jusqu'au bout au point de risquer une rechute. Il a définitivement gagné sa place dans cette équipe. Dans la minute qui suit le but de Bale il cède sa place à Alexis Sanchez qui n'a pas eu le temps de montrer quoi que ce soit.


Mascherano : 6

À l'instar de Bartra, il est livré face aux attaques madrilènes mais sa hargne et son agressivité permettent à l'équipe de ne pas sombrer. Il ne baisse jamais les bras et reste digne malgré la physionomie de la rencontre.


Alba : 6

Une seule mi temps et puis s'en va. Pendant 45 minutes, l'ancien valencian a proposé pas mal de mouvements sur son côté et a bien défendu sur Di Maria. Malheureusement il se fait mal au biceps femoral et doit être remplacé par Adriano (5) qui a livré une prestation quelconque.


Busquets : 2

En retard. C'est le terme qui symbolise son match. Il a pressé à l'envers, a déserté sa zone en laissant des espaces gigantesques aux flèches merengues, Busquets n'est plus que l'ombre de lui même malgré quelques coups d'éclats. Peu productif balle au pied, le milieu n'a affiché aucune supériorité face à l'adversaire.


Xavi : 6.5

Techniquement le seul au rendez-vous. Mais seul. La maquina ne perd aucun ballon, distribue, tente d'aller entre les lignes et d'accélérer le jeu, mais seul il ne peut rien faire. Il a le temps d'offrir un caviar en or à Neymar qui trouvera le poteau. Les deux meilleurs joueurs de l'équipe lors de cette finale sont donc le plus jeune joueur et le plus vieux de l'effectif...


Fàbregas : 2

Au vue de sa forme actuelle, le voir débuter la rencontre est une hérésie. Alors sur le terrain, rien d'étonnant si il n'offre rien. Plus que sa prestation, c'est aussi le symbole d'une compo qui ne peut fonctionner si un rouage de la machine grimace. Ce soir l'ancien gunner ne peut offrir un meilleur rendement et devient donc un boulet. Pedro le remplace à l'heure de jeu, lui le banni du onze. Une attitude exemplaire, beaucoup de volonté et d'engagement, il a pas mal proposé à droite et dans l'axe, mais peu ont suivis.


Iniesta : 5.5

Du mieux par rapport au quart de finale retour. Il a offert une meilleure attitude, avec plus d'envie, il est parti au pressing, a aidé Alba. Mais balle au pied le Manchego donnait l'impression de perdre sa magie. Sans perdre trop de ballon, Don Andres a balbutié son football et n'a pas réussi à être décisif malgré un bon début de match.


Neymar : 5.5

À droite, il ne sert pas à grand chose. Ce n'est pas son rôle. Pourtant il tente, ne se dégonfle pas, le brésilien a au moins la volonté de bien faire. Quand il retourne à gauche, il y a du mieux, mais trop esseulé, trop bien pris. Il a cette balle d'égalisation dans les dernières minutes, mais le poteau en a décidé autrement.


Messi : 1.5

L'énigme de la soirée. L'énigme tout court. Pour un tel joueur, c'est effarant de le voir évoluer à ce niveau. Une passivité folle, peu d'inspiration balle au pied, la Pulga ne transmet plus aucune émotion. Que ce soit dans son visage ou dans son jeu. Pourquoi ? Il y a moins d'un mois il est décisif au Santiago Bernabeu et en 1 semaine il est sur le terrain mais l'esprit ailleurs. Très très inquiétant pour la suite.

 

 

 

Fiche technique


FC Barcelona
Pinto; Alves, Bartra (Alexis, min. 87), Mascherano, Alba (Adriano, min. 46); Sergio Busquets, Xavi, Iniesta; Messi, Cesc (Pedro, min. 60) et Neymar.

Real Madrid Casillas; Carvajal, Sergio Ramos, Pepe, Coentrao; Xabi Alonso, Modric; Isco (Casemiro, min. 88), Di María (Illarra, min. 87), Bale et Benzema (Varane, min. 90).


Arbitre : Mateu Lahoz

Avertissements : Neymar et Mascherano pour le Barça ; Isco, Pepe et Xabi Alonso pour le Real.

Buts : 0-1, min. 11, Di María. 1-1, min. 68, Bartra. 1-2, min. 85, Bale.

55 000 spectateurs.


Posté par Tele-Santana
Article lu 3808 fois