Array Estudiantes 1 - 2 Barcelone : Un grand Chelem HISTORIQUE ! - FC Barcelona Clan

En Une | Coupe Du Monde Des Clubs | samedi 19 décembre 2009 à 20:13  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Ils l'ont fait ! Menés 1 - 0 pendant une grande partie du match, Barcelone est revenu juste avant le coup de sifflet final pour s'imposer au cours des prolongations. Historique.

Estudiantes Barcelone Mondial des clubs décembre 2009

Championnat d'Espagne, Coupe d'Espagne, Ligue des Champions, Supercoupe de l'UEFA et Supercoupe d'Espagne, tels étaient les titres remportés par Barcelone au cours d'une formidable année 2009. Une réussite exceptionnelle qui devait trouver ce soir son ultime étape, une dernière marche pour conclure avec brio une année inoubliable. Cette dernière épreuve, la finale du Mondial des clubs, voyait les catalans être opposés aux argentins d'Estudiantes.

Pour ce match, c'est bien sûr l'équipe type qui était sélectionnée par Guardiola, moins Iniesta blessé et remplacé par Henry. Pour le reste, il n'y avait pas de surprise, Victor Valdés gardait les buts, la défense habituelle prenait place (Daniel Alvés - Piqué - Puyol - Abidal), le désormais trident "type" de l'exercice 2008-2009 était aligné au milieu (Sergio Busquets - Xavi - Keita), et l'attaque était confiée à Messi, Ibrahimovic, et donc Henry en lieu et place d'Iniesta.

Pedro Estudiantes Barcelone Mondial des clubs décembre 2009

Les faits et le jeu

Accomodé aux écuries européennes, Barcelone devait ce soir se mesurer à un style différent. Néanmoins, fidèles à leurs principes, les catalans voulaient évidemment marquer leur emprise sur le jeu dès le commencement. Un positionnement ambitieux et un jeu tourné vers l'avant qui n'empêchait pas, pourtant, de voir Estudiantes obtenir la première occasion de la rencontre dès la quatrième minute, après un ballon lancé en profondeur entre Piqué et Puyol, que Pérez ne pouvait transformer en but suite à une bonne sortie de Victor Valdés. Un premier avertissement pour Barcelone qui devait alors comprendre que l'adversaire du jour n'était pas le premier venu.

 

Cela se confirmait d'ailleurs sur la suite du match. Endurants, appliqués, et précis, les argentins étaient loins de faire de la figuration. Côté Barça, on pouvait craindre pour Keita touché à la cinquième minute, et l'on pouvait surtout regretter pour une fois le trop grand altruisme de Xavi. Bénéficiant d'une superbe remise en talonnade d'Ibrahimovic, le meneur de jeu catalan décidait de centrer au lieu de tenter sa chance, alors que ses partenaires étaient marqués. Tandis que le malien restait finalement sur le terrain, les catalans s'organisaient côté droit avec un Messi rentrant et un Xavi plus haut que les deux autres milieux, tentant de réguler le jeu. Un Xavi qui, encore, était le principal acteur de l'occasion barcelonaise survenant à la demi heure de jeu. Taclé par le gardien Albil en pleine surface, ses protestations ne convainquaient pas l'arbitre.

Abidal Victor Valdés Estudiantes Barcelone Mondial des clubs décembre 2009

Une opportunité que Barcelone allait rapidement regretter puisque, à la 37ème minute, Estudiantes ouvrait le score soudainement. Suite à un centre côté gauche, Boselli, qui semblait à l'extrême limite du hors jeu, voir plus, se glissait entre Puyol et Abidal et inscrivait un magnifique but de la tête. Victor Valdés ne pouvait rien faire. Une situation finalement "normale", malgré la soudaineté du but, tant les argentins se sont montrés intelligents et appliqués tout au long de cette première période. En face, Barcelone, bien que ne manquant pas de sérieux dans la récupération et dans les interceptions en défense, n'a pas réellement réussi à imposé sa loi et à enchaîner les situations favorables devant le but : seulement deux opportunités, et pas très franches, le centre de Xavi n'amenant pas d'occasion pas plus que le duel entre ce dernier et Albil quelques instants plus tard. Un constat que Guardiola ne manquait sans doute pas de proposer à ses hommes dès l'arrivée de la mi temps.

Pour preuve, deux minutes après la reprise, Ibrahimovic se procurait la meilleure occasion de Barcelone quand, bien servi par Messi, il tentait sa chance du pied gauche sans cadrer. Très vite, on sentait plus d'électricité et de conviction dans le jeu des Blaugrana. Du reste, l'animation était différente, Pedro ayant remplacé Keita et Barcelone disposant désormais d'un quatuor offensif Henry - Ibrahimovic - Messi - Pedro. Les occasions pouvaient alors abonder, avec notamment un Ibrahimovic très volontaire et très adroit dans sa conservation du ballon. La plus belle opportunité était celle issue d'un centre d'Henry que Pedro était à deux doigts de transformer en égalisation. Le temps pressait les catalans, qui, désorganisés, cherchaient avant tout à se projeter rapidement vers la surface plutôt qu'à construire avec patience.

 

Pedro, dont l'entrée amenait du jus à Barcelone, était une nouvelle fois le protagniste offensif le plus près de marquer, mais il butait sur Albil. La précipitation était de plus en plus réelle, avec une perte en précision logique, et des défenseurs qui sautaient les lignes. La configuration était celle d'une attaque - défense, les argentins cherchant avant tout à préserver le score et à seulement profiter des contres. La principale chance semblait être les ballons en hauteur dans la surface pour les grands gabarits que sont Ibrahimovic et Piqué. Pourtant, rien ne semblait pouvoir changer la situation. Comme contre Donetsk en Supercoupe de l'UEFA, le but semblait inaccessible. Comme contre Donetsk, la réussite insolente du Barça en 2009 semblait s'effacer.

 

Mais, comme contre Donetsk, Pedro Rodríguez Ledesma était sur le terrain. Et sur un ballon envoyé dans la surface, Piqué de la tête lui offrait l'opportunité d'être une nouvelle fois le héros barcelonais, quand, de la tête lui aussi, il trompait Albil. Un but qui offrait une prolongation inespérée aux Blaugrana.

Puyol Estudiantes Barcelone Mondial des clubs décembre 2009

La confiance était ainsi largement du côté de Barcelone au moment d'entamer les prolongations. Cela était confirmé par le sens des occasions. Barcelone, comme on s'y attendait, dominait physiquement des argentins essoufflés, et ces derniers ne pouvaient plus offrir les armes nécessaires pour faire autre chose que résister passivement. Pourtant, et malgré les multiples opportunités (incursions, centres, coup-francs), Barcelone ne parvenait pas à tuer le match au cours de cette première période. or, les occasions devaient à tout prix êtres concrétisées, la loterie des tirs aux buts étant trop incertaine et surtout, l'avantage moral et physique était trop important pour ne pas en profiter et se contenter du hasard que représentent les penalties.

 

Fort heureusement, les catalans l'avaient bien compris et sur un centre une énième fois décisif de Daniel Alvés, Messi marquait le second but...de la poitrine. Tout un symbole représentant le coeur et le courage dont on fait preuve les Blaugrana, au cours de ce match, mais aussi au cours de toute l'année, où ils ont souvent été menés mais où à chaque fois, ils sont revenus brillamment pour s'imposer et devenir, sans conteste, l'une des équipes de club les plus marquantes de l'histoire du football. Car, bien sûr, Estudiantes ne pouvait pas revenir, pas même sur une tête rageuse où un hors jeu inexistant était sanctionné, qu'importe, Valdés avait repoussé la tentative. L'avantage était alors acquis, Guardiola pouvait une nouvelle fois se réjouir de disposer d'un groupe aussi solidaire et talentueux, mais aussi de son propre travail qui, en à peine un an, l'a fait entrer dans la légende.

 

La dernière image, presque habituelle en cette année 2009, était celle de Puyol soulevant le trophée, même si en ce qui concerne cette compétition, c'est la première fois qu'un capitaine de Barcelone a ce privilège. Que demander de plus pour un supporter ? Cette année 2009 a été plus que magique, plus que sensationnelle, plus que phénoménale, plus que stupéfiante, et Barcelone est définitivement plus qu'un club.

Sergio Busquets Estudiantes Barcelone Mondial des clubs décembre 2009

Les joueurs

1 - Victor Valdés 7 : sur le but il eut fallu un miracle pour qu'il soit décisif. Sur le reste, il a été parfait dans ses sorties et sur sa ligne.

2 - Daniel Alvés 7 : sans ses centres, combien Barcelone marquerait-il de buts en moins ? Beaucoup ! À sa passe décisive s'ajoute une activité impressionnante et une volonté d'acier.

3 - Piqué 7 : Piquenbauer a lui aussi été décisif en servant Pedro sur le premier but. En dehors de cela, il a parfois été battu, voir approximatif, mais aussi souvent égal à lui même, c'est à dire intraitable.

5 - Puyol 6,5 : lui aussi a rempli sa mission, de bonnes interceptions et un sérieux à toute épreuve. Cependant, il a été peu en vue à partir de la seconde période vue la configuration du match, et a laissé à Piqué le soin d'aider les attaquants.

22 - Abidal 8 : Excellent tout au long du match.

16 - Sergio Busquets 6 : plutôt bon dans l'orientation du jeu, et dans les tacles. Remplacé par Yaya Touré, qui a joué dur.

6 - Xavi 7 : Très disponible. Il a joué assez haut jusqu'au changement d'animation, où il a ensuite dû former le double pivot avec Sergio Busquets puis Yaya Touré.

15 - Keita 6 : du bon et du moins bon dans sa première période. Touché, il a cédé sa place à Pedro (7), buteur providentiel.

10 - Messi 7 : presque inoffensif en première période, plus conquérant en seconde, et buteur en prolongations. Le meilleur joueur du monde a encore marqué dans une finale, après la Coupe d'Espagne et la Ligue des Champions.

9 - Ibrahimovic 7,5 : il a parfois vendangé, son déchet devant le but a été réel. Mais quelle couverture de balle, et quelle détermination avec le ballon ! Il a été l'attaquant plus résolu.

14 - Henry 6 : quelques bons mouvements, mais il a moins apporté que ses partenaires d'attaque. Il fut marqué de près. Remplacé par Jeffren, très vif et rapide.

Ibrahimovic Estudiantes Barcelone Mondial des clubs décembre 2009

Fiche Technique

Barcelone : Valdés ; Alvés, Piqué, Puyol, Abidal ; Busquets (Yaya Touré, min.79) ; Xavi, Keita (Pedro, min.46) ; Messi, Ibrahimovic, Henry (Jeffren, min.83).

Estudiantes : Albil ; Rodríguez, Cellay, Desábato, Ré ; Díaz, Benítez, Verón, Braña ; Pérez (Nunez, min.79), Broselli.

Buts : Boselli (min.37), Pedro (min.90), Messi (min.110)

Arbitre : Benito Archundia

La victoire en Mondial des Clubs

 


Posté par Adrien
Article lu 14041 fois