Array Belletti: "Je remercie le Barça qui a fait de moi un héros" - FC Barcelona Clan

En Une | Belletti | lundi 4 juillet 2011 à 01:54  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

À 35 ans, et après 16 ans d'activité professionnelle, le joueur-clé de la finale de 2006 prend sa retraite sportive.

 

Juliano Belletti tourne une page. Cette semaine, il a décidé de raccrocher définitivement les crampons. En décembre, il a remporté le Brasilerao (championnat national du Brésil) avec Fluminense. Cet été, alors qu'il avait des offres provenant de la Major League Soccer (États-Unis), il a décidé de poursuivre l'aventure avec le modeste club de Ceara. Mais son corps en a décidé autrement. L'heure de la retraite a fini par sonner pour ce joueur qui a passé 3 ans dans le couloir droit du Barça. 

 

Belletti pose avec la coupe avec sa fille

 

Que s'est-il passé? 

 

J'ai contracté une grave blessure aux deux tendons d'Achille. C'était en octobre dernier alors que j'étais au Fluminense. J'ai consulté beaucoup de médecins, mais le problème n'a pas pu être réglé. La douleur est permanente. 

 

 

 

C'est pour ça que tu n'as pas pu débuter à Ceara? 

 

Oui. Je pensais que les choses rentreraient dans l'ordre. Je me suis entrainé pendant une semaine. Dans les premiers joueurs, tout allait bien. Puis la douleur est revenue. Je me suis rendu compte que la blessure était beaucoup plus grave que je ne le pensais.  J'ai décidé de lâcher le morceau, histoire d'éviter une blessure plus grave. 

 

 

 

Tu t'es préparé pour un moment pareil? 

 

J'ai dû arrêter parce que mon corps ne suivait plus. J'avais l'opportunité de poursuivre ma carrière à haut niveau, mais mon corps a beaucoup donné pendant trop longtemps, à cause de mon poste et de ma manière de jouer. Ceci est tout à fait normal. 

 

 

 

Tu as l'air de bien le prendre…

 

Je ne vais pas nier que je me sens triste. Je vais mieux maintenant, mais c'était difficile de prendre la décision. J'ai mis 5 ou 6 jours à me décider, et j'ai pris conscience qu'une nouvelle vie commence. 

 

Belletti avec la coupe

 

Un bilan de ta carrière? 

 

Je suis fier de tout ce que j'ai fait, de tout ce que j'ai gagné. Mon palmarès compte 22 titres. J'ai fait partie de la Seleçao, ce qui est l'honneur suprême pour un Brésilien. J'ai réussi des choses dont je n'avais même pas osé rêver. Tout cela me donne beaucoup de réconfort. 

 

 

 

Puis, il y a le but de Paris, le 17 mai 2006…

 

Bien-sûr. C'était un grand moment. Ce but va rester dans l'histoire. Ça sera un exemple pour mes fils si un jour ils décident de devenir footballeurs. Le Barça est composé de grands joueurs. Faire partie de ces noms éternels du panthéon blaugrana, c'est une sensation incroyable. 

 

 

 

C'était le meilleur moment de ta carrière? 

 

À vrai dire, le but de Paris, et le titre mondial de 2002 avec le Brésil, sont les meilleurs moments de ma carrière. D'immenses joueurs n'ont jamais gagné la Coupe du Monde, et moi je l'ai fait. 

 

Le but du 17 mai 2006

 

 

Il y a un avant et un après? 

 

Je pense que oui. Il y a peu de héros inoubliables dans le football. Et je remercie le Barça de faire partie de ceux-ci. 

 

 

 

Es-tu  conscient que ce titre marque le début du renouveau européen du Barça? 

 

C'était un moment crucial pour le club. Il n'avait gagné la Coupe d'Europe qu'une seule fois, il y a 14 ans de cela. Nous avions une opportunité qu'il était impossible de laisser passer. C'était vital pour le club, pour la direction, et pour le projet sportif. 

 

 

 

Et maintenant? 

 

Le plus important est de faire face à la réalité. Si avant je me consacrais au football, maintenant il faut que je travaille, que j'étudie et que je relève de nouveaux défis. 

 

 

 

Le métier d'entraîneur?

 

J'ai écarté l'idée d'entraîner une équipe première. J'aimerais bien être assistant technique pour apprendre le métier. J'aimerais aussi entraîner dans les catégories de jeunes ou avoir un rôle dans la gestion. 

 

Joie après le but

 

Le Barça fait partie de ton futur?

 

Quand je jouais au Barça, je pensais à la retraite. Mon but était de m'installer à Barcelone et de travailler dans les catégories de jeunes. Je n'ai reçu aucune offre. Maintenant je fais appel au club pour que nous continuions à collaborer d'une autre manière. 

 

 

 

Comment cela? 

 

Il y a des postes intéressants à créer. Par exemple, le Milan est le premier club  européen à avoir un envoyé au Brésil pour représenter les intérêts du club. 

 

 

 

Tu n'as eu aucun contact avec le Barça?

 

Non. Il n'y a rien eu, aucune offre. Mais quand j'étais encore à Chelsea, nous étions en contact pour que je remplisse une fonction semblable. Le club recherche des collaborateurs ici, au Brésil. 

 


Source: Sport.es

Posté par Rivaldo89
Article lu 5732 fois