Array 7) Gerard PIQUE : naissance d'un nouveau patron - FC Barcelona Clan

En Une | Gerard Piqué | jeudi 16 juillet 2009 à 20:55  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

De retour dans son club formateur après un exil volontaire à Manchester, Piqué est la grande révélation de la saison. Suite de notre Top 20 basé sur la moyenne des notes attribuées par les rédacteurs du FCB Clan.

Note moyenne : 6,11

Parti à l’age de 17 ans vers les sirènes de Manchester, Piqué appartient à cette vague de jeunes talents formés à la Cantera qui a choisi la voie anglaise pour devenir professionnel. On pense ici surtout à Fabregas parti un an plus tôt que Piqué, mais aussi à Merida parti par la suite lui aussi à Arsenal. Sauf que contrairement à ces deux joueurs susnommés, Piqué a décidé de revenir. Après cinq saisons à Manchester (dont une en prêt à Saragosse) pour seulement 23 apparitions (sans compter les 26 à Saragosse), Piqué a en effet décidé de retrouver son club de cœur. Car si son nom complet est Piqué Bernabeu, Gerard est 100 % culé.

Toutefois, la volonté de revenir ne suffit pas toujours. Le Barça n’aime pas reprendre ceux qui l’ont quitté, qui plus est sans aucune indemnité. Mais avec la très grave blessure de Milito et le départ de Thuram, plus les performances décevantes de Marquez depuis deux saisons, il était urgent pour le Barça de recruter des défenseurs centraux. Ainsi en plus de Caceres, acheté relativement cher (15 millions), la venue de Piqué, l’enfant du pays, pour seulement 5 millions était une bonne affaire.

Piqué avec la coupe de la Ligue des Champions

Car si Piqué, barré par Ferdinand et Vidic, a peu joué à MU, après son prêt à Saragosse où il avait montré de belles choses (notamment contre le Barça !), il a néanmoins accumulé de l’expérience et en quelque sorte achevé sa formation. Bref si Piqué lorsqu'il débarque n’a rien du titulaire en puissance, il apparaît comme une solution de dépannage satisfaisante pour le présent, et une alternative séduisante pour l’avenir.

Les choses vont en fait aller encore plus vite que cela. Rapidement séduit par les capacités du jeune défenseur, Guardiola en fait le complément du quatuor défensif « type » (Alves-Puyol-Marquez-Abidal) dans un turn over quasi incessant, laissant à l’inverse se morfondre l’onéreux Caceres sur le banc ou en tribune. De fait si l’on ne regardait que les titularisations et le temps de jeu, Piqué apparaîtrait presque comme faisant partie de l’équipe type de la première partie de saison. Titulaire 15 fois de septembre à décembre (contre 18 pour Puyol et 17 pour Marquez), il profite également de la blessure d’Abidal qui a pour conséquence de faire glisser Puyol à gauche (Sylvinho étant à ce moment de la saison au placard).

Sans être époustouflant, Piqué fait le job en faisant preuve d’une maturité impressionnante pour son âge à ce poste (il n’a que 22 ans). Mais ce n’est rien encore. Sa seconde partie de saison, surtout à partir du printemps sera encore plus épatante.

Piqué face à Drogba en demi finale de C1

Titulaire à chaque match de la Ligue des Champions à partir des huitièmes de finale, on peut réellement parler de montée en puissance pour le jeune Piqué. Jusqu’à la fin mars, il s’était « contenté » d’être bon et régulier. A partir du match aller contre le Bayern, il va montrer qu’il peut aussi être exceptionnel notamment dans deux secteurs clés pour un défenseur central : le jeu de tête et la relance.

Sa solidité, son assurance dans les duels, sa classe dans la relance (notamment longue et verticale) commencent alors à menacer la hiérarchie bien établie avec Marquez et Puyol au moment où arrive l’Everest de la saison catalane. Piqué se permet ainsi de chasser du onze de départ Marquez contre Valence, et Puyol contre Séville et surtout contre Chelsea ! Guardiola n’aura toutefois pas le temps de s’apitoyer sur ses problèmes de riche : la blessure de Marquez (saison terminée) et les suspensions de Puyol, Alves et Abidal l’obligent plutôt à résoudre un autre casse-tête : qui pour accompagner Piqué derrière ?

Piqué auteur du 6ème but catalan à Bernabeu

Promu leader de la défense, Piqué adopte sans broncher le costume et réalise deux performances brillantissimes : la première à Bernabeu en marquant son seul et unique but en Liga (celui historique du 6-2) après avoir écoeuré l’attaque madrilène par sa présence défensive ; la seconde en finale de C1 contre MU en muselant les torpilles mancuniennes par son placement et son jeu aérien intraitable.

En une saison, Piqué a brûlé toutes les étapes. De joker, il est passé à titulaire potentiel puis quasiment indiscutable. De plus il faut ajouter à cela son arrivée en sélection où Del Bosque en a immédiatement fait un titulaire pour accompagner Puyol. S’il continue sur sa lancée, on ne voit pas comment Marquez et Puyol, tous les deux, pourront l’évincer du onze.

Incontestablement un nouveau patron est né. Car en plus d’être admirable sur le terrain, Piqué est également l’un des principaux leaders du vestiaires, notamment quand il s’agit de mettre l’ambiance. A lui maintenant de confirmer cette belle saison et sa fulgurante ascension. Lui plus encore sans doute que ses coéquipiers est attendu au tournant la saison prochaine.


Ses cinq matches clés :

FCB 4-0 Bayern Munich
FCB 4-0 Séville
FCB 0-0 Chelsea
Real Madrid 2-6 FCB
FCB 2-0 Manchester United


Statistiques (fcbarcelona.cat) :

Liga : 25 matches joués, 2312 minutes (dont 2312 comme titulaire), 1 but et 0 passe décisive.
C1 : 12 matches joués, 1144 minutes (dont 1144 comme titulaire), 1 but, 0 passe décisive.
Coupe du Roi : 6 matches joués, 562 minutes (dont 562 comme titulaire), 1 but et 0 passe décisive.


Récapitulatif :

1) Iniesta (6,67)
2) Messi (6,58)
3) Xavi (6,54)
4) Touré (6,31)
5) Alves (6,28)
6) Henry (6,17)


Posté par javito
Article lu 11661 fois