Array Paris Saint-Germain 3-2 FC Barcelone : Des premiers enseignements à tirer - FC Barcelona Clan

En Une | Champion's League | jeudi 2 octobre 2014 à 18:06  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Les parisiens s'imposent dans le match phare du groupe. Première défaite de la saison pour les blaugranas.

Les faits et le jeu

Le premier test de la saison est là. Un Parc des Princes rempli et un PSG qui doit lancer sa saison se présentent face au Barça new look qui doit passer son premier examen de la saison. Alors, Luis Enrique affiche son onze qu'il a peaufiné au fil des matchs, à un changement près qui aura son importance : Ter Stegen à la place de Bravo dans les buts. Pour le reste c'est du classique, avec une ligne de 4 composée de Alves, Mascherano, Mathieu et Alba. Au milieu c'est le trident Busquets, Rakitic, Iniesta et devant, Messi sera accompagné de Neymar et Pedro.
Côté parisien, Laurent Blanc doit faire sans Lavezzi, Ibrahimovic et Thiago Silva, mais aligne un onze tout de même compétitif : Sirigu - Van Der Wiel, Marquinhos, David Luiz, Maxwell - Thiago Motta, Verratti, Matuidi - Lucas Moura, Pastore, Cavani.

 

La rencontre débute par un léger round d'observation où les parisiens laissent clairement le ballon à l'adversaire. Un mélange de patience et de pression haute, qui permet à Thiago Motta de récupérer le ballon dans les pieds de Busquets. À 25 mètres des cages barcelonaise, l'ancien blaugrana tente la frappe mais elle passe au-dessus (4'). Une première occasion qui permet de comprendre que les locaux joueront très vite vers l'avant, profitant de la moindre faille. D'ailleurs, les catalans ont du mal en ce début de rencontre. Malgré la possession, ils commettent quelques erreurs technique face au pressing parisien et peinent à trouver un Messi inexistant dans ces dix premières minutes. Alves est sanctionné d'une main, Paris bénéficie d'un coup franc excentré. Lucas s'en charge et envoie le ballon vers le point de pénalty, David Luiz prend le dessus sur Mascherano en contrôlant le ballon et se retourne, le brésilien frappe et trompe Ter Stegen, 1-0 après dix minutes de jeu. C'est le premier but encaissé du Barça cette saison après 640 minutes de jeu. Pris à la gorge par une équipe parisienne qui est plutôt agressive, les barcelonais donnent le coup d'envoi et font tourner le cuir. Le bloc monte petit à petit, l'adversaire ne touche toujours pas le ballon hormis un contre de Matuidi. Puis, Iniesta reçoit le ballon dans l'axe, il trouve directement Neymar. Le brésilien remet pour Messi et le reste se joue à une touche de balle avec un une-deux Messi-Iniesta, la Pulga croise son tir dans la surface, 1-1. Deux minutes à peine après le but parisien, les hommes de Luis Enrique ont su réagir immédiatement sans que l'adversaire ne puisse toucher le ballon. Dans la foulée, Busquets perd encore un ballon à 25 mètres de ses buts, Cavani récupère, crochète Mathieu mais frappe au-dessus (13').




Le premier quart d'heure fut plutôt rythmé avec un PSG plutôt dominateur et un Barça qui a su réagir. Pourtant habitués à avoir le ballon (troisième meilleure équipe européenne en terme de possession derrière le Barça et le Bayern), les hommes de Laurent Blanc laissent venir les catalans pour mieux jouer en contre. Un travail d'équipe des parisiens où Lucas bloque Jordi Alba sur le couloir, tandis que Pastore s'occupe des relances de l'axe et de Busquets. Cavani défend sur le côté mais laisse une certaine liberté à Alves contrairement à Lucas. Mais l'abattage de Matuidi vient aider Maxwell sur le flanc et malgré le boulevard qui lui est offert, Alves n'en profite pas. D'ailleurs, c'est tout le côté droit barcelonais qui est amorphe. En plus du latéral brésilien, Rakitic se voit pris dans la tenaille parisienne et Pedro n'y arrive tout simplement pas, malgré une tentative lointaine sans succès (19'). Mais cette mise en place tactique des locaux n'empêche pas le Barça de dominer ce deuxième quart d'heure, avec un Messi de plus en plus visible. L'argentin excelle à chaque toucher de balle, se permettant même de mettre un petit pont à Pastore (qui se vengera sur Alba). Après un corner parisien, Ter Stegen s'empare du ballon et lance Pedro qui s'est débarrassé de Matuidi au milieu de terrain. L'espagnol remonte le cuir qui arrive dans les pieds de Messi qui, d'une superbe louche, trouve Neymar dans la surface mais le brésilien est trop court pour pouvoir lober Sirigu (25'). Dans la continuité de l'action, Pastore gagne un corner, c'est Thiago Motta qui s'en charge. Le ballon arrive jusqu'au second poteau, Ter Stegen juge mal la trajectoire du ballon et Verratti arrive dans le dos de Rakitic pour placer une tête, 2-1 pour le PSG. Plus qu'une erreur de jugement du portier allemand, c'est un manque d'automatismes et de repères avec la défense qui est à signaler. Si Ter Stegen se troue complètement, il faut aussi rappeler que Rakitic est face à deux joueurs + Verratti dans son dos. Les parisiens marquent dans le temps fort blaugrana, avec réalisme sur coups de pieds arrêtés. Les hommes de Luis Enrique repartent vers l'avant, Messi acclélère et trouve Iniesta, le Manchego dribble et tente sa chance, au-dessus (29'). Le leader de la Liga continue de dominer et obtient un corner. Rakitic le joue intelligemment en retrait pour Mascherano qui frappe, mais David Luiz contre le ballon (31'). La dernière occasion sera un coup franc de Messi qui ne trouve pas le cadre (45') et les vingt-deux acteurs rentrent au vestiaire.

C'est un premier acte assez rythmé qui a eu lieu au Parc. Les parisiens sont impliqués et mettent l'intensité nécessaire pour mettre à mal la construction catalane. Le côté droit n'est animé que lorsque Messi s'y trouve tandis que le côté gauche est quasiment éteint avec un trio Alba-Iniesta-Neymar qui peine à se trouver. La bataille du milieu est révélatrice de la physionomie de la rencontre. Quand Thiago Motta est au rendez-vous, Busquets lui est complètement à l'ouest. Idem pour Matuidi et Rakitic, tandis que Verratti s'en sort plutôt bien lorsque Iniesta est intermittent. La différence se fait ressentir aussi au pressing. Pourtant bien visible lors des derniers matchs, le pressing barcelonais est inefficace, à contre-temps. Et quand ils pressent bien, la qualité technique des relanceurs parisiens (Motta, Verratti) annihilent le pressing blaugrana. À l'inverse, le pressing parisien a été dangereux dans le camp des catalans, notamment lorsque Busquets, Rakitic et Alves se sont fait harceler.



La deuxième période reprend avec des parisiens qui attaquant. Cavani est déjà en position idéal pour frapper après un crochet du droit, mais il est repris in-extremis par la défense (47'). Comme en début de match, ce sont les parisiens qui dominent, les catalans n'arrivent pas à reprendre leur domination laissée en fin de première période. La verticalité parisienne fait mal au bloc barcelonais, et Pastore trouve Van Der Wiel sur le côté droit. La défense est prise de vitesse, le néerlandais centre au second poteau et Matuidi se jette pour glisser le ballon entre les jambes de Ter Stegen, 3-1. Un double avantage mérité en vue de ce début de second acte, tant les barcelonais n'ont pas approchés le camp adverse. Mais l'histoire semble se répéter, puisque dans la minute qui suit, Alves centre dans la surface, le ballon est mal dégagée et Neymar ajuste sa volée du plat du pied qui finit en poteau rentrant, 3-2. Deux fois les blaugranas reviennent dans le match juste après le but adverse, les locaux visiblement encore dans l'euphorie, les hommes de Luis Enrique ont su profiter de la situation. Dès lors il reste une bonne demi-heure pour aller chercher l'égalisation, et les parisiens commencent à lever le pied après avoir beaucoup donner. Mais gare aux contres. Pastore entame une course balle au pied dans l'axe, crochète Mathieu et frappe du gauche, mais c'est trop fébrile pour inquiéter Ter Stegen (60').



Les jaunes fluo commencent à reprendre le dessus sur la rencontre face à un bloc parisien bien regroupé derrière. Luis Enrique opère à son premier changement, Munir entre en jeu à la place de Pedro (62'). Les catalans font tourner le ballon, cherchent la faille, mais le bloc parisien coupe toutes solutions de changement de rythme. Alves est toujours aussi prévisible et ne prend pas la peine d'aller dans la profondeur. Alba quant à lui reste plus prudent. Messi sort toujours du lot, mais Munir a peu d'espaces pour s'exprimer tandis que Neymar s'éteint petit à petit. Le jeu n'est pas fluide, la possession devient stérile, le coach catalan fait alors entrer Xavi à la place de Rakitic (69'). Les azulgranas profitent de la fatigue parisienne pour rester dans le camp adverse, les dix joueurs y sont. Sur un coup franc de Xavi, Cavani dégage de la tête et Iniesta reprend du gauche, mais la frappe est trop enlevée (74').
Il ne reste que dix minutes et les coéquipiers de Messi peinent à faire la différence face au but. Sur un centre venant de la droite, Jordi Alba arrive au second poteau pour reprendre le ballon mais Marquinhos se jette pour contrer le ballon (82'). Dernière cartouche de Lucho, Sandro entre en jeu à la place de Alves. Le Barça passe à trois défenseurs, Messi recule d'un cran pour avoir le nouveau trident offensif devant lui. Munir est à 35 mètres du but, contrôle le cuir et se retourne pour enchainer avec une frappe surprenante, elle touche le poteau extérieur des buts de Sirigu (85'). Les franciliens peinent à toucher le ballon, les visiteurs dominent territorialement cette fin de rencontre. Mais parfois les barcelonais sont exposés aux contres. À la suite de l'un d'entre eux, Cavani reçoit le ballon dans une bonne position, l'uruguayen crochète et frappe du gauche, mais Ter Stegen bloque la gonfle sans problème (89'). La lucidité n'est plus là pour l'uruguayen qui a beaucoup défendu, notamment dans sa surface pour chipper un ballon à Iniesta. La dernière occassion sera pour Sandro qui reçoit un ballon dans la profondeur, mais sa frappe est trop croisée.


Le Barça concède donc sa première défaite de la saison. Face à un PSG solidaire et agressif, les blaugranas ont parfois été pris à la gorge dans des domaines où ils étaient plutôt bons depuis le début de saison. Redevenu impérial sur les coups de pieds arrêtés, les catalans concèdent deux buts dans ce domaine. Le retour du pressing se faisait sentir, mais les parisiens n'ont eu aucune difficulté à s'en sortir. Le bloc a parfois été étiré et en retard comme sur le troisième but. Malgré cela, les barcelonais ont aussi affichés une qualité technique toujours au-dessus de la moyenne et quelques mouvements offensifs intéressants. C'était le premier test et il y a déjà des enseignements à en tirer. La stabilité du poste de gardien de but s'avère indispensable, tandis que certains joueurs sont maintenant remis en question et des changements peuvent être nécessaire. L'animation et le système prôné par l'entraineur asturien n'est pas le problème, c'est au niveau des individualités que l'équipe a failli. Peut-être que les cas Mascherano, Xavi et Pedro sont à revoir. Le clasico approche à grand pas, les débuts de Luis Suarez aussi, ce match doit servir au nouvel entraineur pour peaufiner son équipe.

 

 

Les joueurs

 

Ter Stegen : 5

Sur une grande partie de ses prises de balle il est rassurant, avec un jeu au pied au point. Mais il commet une erreur de jugement sur le second but, les automatismes avec ses coéquipiers sont en cours de création.


Alves : 4


Deux à trois pertes de balles à trente des mètres de ses buts, une activité offensive nulle, et ça donne une caricature du latéral brésilien. Si sa qualité technique est intacte, le reste ne suit pas. Peu d'appels en profondeur sur son aile, une activité défensive peu productive, des centres prévisibles et des fautes parfois à la limite. Il sort en fin de rencontre à la place de Sandro (83') qui aura eu sa petite occasion.


Mascherano : 6.5


Défensivement l'argentin a tenu la baraque avec son nouveau compère axial. Parfois mis en difficulté sur des contres, il a toujours ce mérite de ne jamais baisser les bras et d'afficher du caractère. Il finit défenseur droit dans la ligne de trois.


Mathieu : 7


Malgré quelques duels perdus, le central tricolore devient une certitude dans ce onze. Sa sérénité couplée à son agressivité font de lui un indéboulonnable dans l'équipe. Son assurance dans la surface est un soulagement pour la défense. L'une des satisfactions de la soirée.


Alba : 4.5


Limité offensivement, l'ancien valencian a eu du mal face à un Lucas qui l'a bien contenu. Souvent pris dans les un contre un, il n'a pas non plus apporté cette touche offensive qui aurait permis aux catalans de jouer plus sur la gauche que sur un côté droit désert.


Busquets : 4

Dès les premières minutes il perd un ballon près de ses buts, le genre d'erreur qu'il commettait à ses débuts. Avant il y avait l'excuse de la jeunesse, aujourd'hui il est le quatrième capitaine de l'équipe. Défensivement à la rue, et offensivement, zéro créativité comparée à ce qu'il a pu montrer dans ce début de saison. La remise en question ne doit pas se faire attendre.


Rakitic : 4

Pour sa première face à un gros, le croate a déçu. Comme crispé par l'évènement, il n'a pas été bon techniquement et a vite commis des erreurs de transmission. Dans le domaine défensif, où il assure un certain équilibre, il a aussi perdu cette bataille du milieu. Peu productif donc, il cède sa place à Xavi à 20 minutes du terme. Pour son 143 ème match de Champion's League (il a dépassé Raul, un record), la Maquina a montré beaucoup plus d'allant offensif que l'ancien sévillan.


Iniesta : 5


Quelques bonnes choses offensivement, mais une prestation qui reste dans la lignée des précédentes, c'est à dire peu concluantes. Peu de pressing, peu de repli, quelques mauvaises décisions, le début de saison du Manchego laisse franchement à désirer.


Pedro : 4


Malgré une envie de bien faire et deux ou trois mouvements intéressants, le canarien n'y arrive pas. Est-il victime de la connexion des deux cracks ou bien est-ce qu'un nouveau poste lui conviendrait mieux ? Toujours est-il que Pedro n'arrive pas à jouer son football et perd de la confiance. Munir le remplace à l'heure de jeu, qui a tenté d'apporter un peu plus de vitesse.


Messi : 9


Vers l'heure de jeu, Matuidi lui subtilise un ballon. Ce sera son seul duel perdu du match, ou l'un des seuls. La Pulga était attendue pour ce premier grand rendez-vous, savoir où il en était, si ce début de saison n'était qu'un feu de paille ou un véritable retour aux affaires. Le meilleur joueur du monde a répondu présent. D'abord par un but plein de pur renard des surfaces après un joli mouvement, et ensuite par une activité exceptionnelle sur le pré parisien. Techniquement Leo a encore prouvé qu'il n'avait pas ou peu d'égal. Des dribbles déroutants, une conservation de balle au dessus de l'exceptionnel, même entouré de deux joueurs il s'en sortait aisément. Plutôt rassurant pour la suite.




Neymar : 7


Sans son but la note sera légèrement plus basse. Parce que la perle auriverde n'a pas été aussi tranchant que prévu. Malgré quelques bons mouvements et une entente avec Messi qui devrait être explosive, il y a encore un manque de régularité sur le match et la défense a su prendre le dessus. À 22 ans il a encore quelques trucs à apprendre pour définitivement exploser.

 

 

Fiche technique

 

PSG : Sirigu; Van der Wiel, Marquinhos, David Luiz, Maxwell; Verratti (Cabaye, Min. 70), Thiago Motta (c), Matuidi; Lucas (Bahebeck, Min. 90), Cavani et Pastore (Chantôme, Min. 85).

FC Barcelone : Ter Stegen; Dani Alves (Sandro, Min. 83), Mascherano, Mathieu, Jordi Alba; Rakitic (Xavi, Min. 69), Busquets, Iniesta (c); Pedro (Munir, Min. 62), Messi et Neymar.

Arbitre : Nicola Rizzoli

Avertissements : Dani Alves (Min. 9), Verratti (Min. 27), Matuidi (Min. 44) et Van der Wiel (Min. 66)

Buts : 1-0, Min. 10, David Luiz. 1-1, Min. 12, Messi. 2-1, Min. 26, Verratti. 3-1, Min. 54, Matuidi. 3-2, Min. 55, Neymar.


45 000 spectateurs.


Posté par Tele-Santana
Article lu 4022 fois