Array Neymar au Real Madrid ! - FC Barcelona Clan

En Une | Neymar da Silva Santos Junior | lundi 12 octobre 2015 à 13:44  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Alors que son agent a défrayé la chronique en déclarant publiquement qu'il encourageait Neymar à se faire naturaliser espagnol et à rejoindre l'écurie meringue, le Clan vous propose un petit retour sur un épisode méconnu de l’histoire de la pépite brésilienne : son passage sous les couleurs du Real de Madrid.

Nous sommes en 2005, Robinho vient d’arriver au Real Madrid, et le club commence à s’intéresser à un jeune brésilien âgé de 13 ans : Neymar da Silva Santos Júnior. Il n’y a là aucune coïncidence. À la descente de l’avion, aux côtés de Robinho, il y a Wagner Ribeiro, l'agent de football brésilien. Cet homme connaissait déjà à ce moment-là Neymar Jr. sur le bout des doigts. Ils avaient été présentés par Roberto Antonio dos Santos, alias Betinho, le premier entraîneur de la pépite l’année précédente.

Robinho est arrivé en Espagne au début de la saison et fait sa première apparition pour le club en août après des tractations douloureuses à la table de négociations (Santos refusait de céder son joueur à un prix inférieur à la clause libératoire prévue dans son contrat et posait un ultimatum : soit le Real Madrid payait les 50 millions, soit il faisait une croix sur le joueur. Désireux de voir ce bras de fer prendre fin, Robinho fit valoir qu’il était détenteur de 40% de ses droits et qu’il était prêt à en abandonner la moitié. Le Real n’avait « plus qu’à » virer 30 millions sur le compte de Santos).

Une fois cette partie des discussions réglée, Robinho pouvait faire ses débuts pour le Real pour la saison 2005-2006 et les deux clubs ont pu se pencher sur le point suivant de leur discussion : le jeune Neymar.

Au même moment, chez l’ennemi blaugrana, un petit Argentin étincelait avec ses premières courses en équipe première : Lionel Messi. Celui qui deviendra la pulga avait déménagé en Espagne à treize ans. Neymar arrivait au même âge. Wagner Ribeiro, qui l’avait pris dans ses bagages, disait à qui voulait l'entendre que le Real Madrid avait là l’occasion d’enrôler un jeune qui pourrait rivaliser avec le petit génie que Barcelone venait de dévoiler au monde.

L'écurie de la capitale était sur le point de répondre aux Catalans en signant ce talent pur à qui un avenir doré tendait les bras.

Au même moment, un autre Neymar, le père du garçon, travaillait comme mécanicien pour le Traffic Company Santos, gagnant environ 1.000 dollars par mois. La famille vivait dans une maison louée à São Vicente. Le rêve de Neymar Jr. de voyager à travers le monde, de s’entrainer et jouer aux côtés des Galactiques au Real Madrid, se ferait au prix d’un éloignement familial et amical, et une adaptation nécessaire aux réalités de la vie en Espagne.

La chance de travailler et d'apprendre aux côtés des meilleurs et des plus célèbres footballeurs du monde était tout simplement extraordinaire, et le fait d'être hébergé chez Robinho était clairement un facteur facilitateur. S’entraînant au Real, il a pu rencontrer les Ronaldo, Zinedine Zidane et Roberto Carlos. Neymar Jr., comme tout enfant qui a eu cette opportunité, a pris des photos de ses héros. Il y a eu quelques moments marquants avec Robinho, son idole de Santos, et avec Ronaldo. Il a joué mais aussi regardé joué le Real depuis les tribunes, savourant ces moments. Pendant dix-neuf jours, le garçon a connu le glamour du Real Madrid à l'emblématique Santiago Bernabéu, en sachant qu'il était une star en devenir, un sentiment étayé par la proximité instaurée avec les grands noms du sport.

 

Au cours de son essai, il a marqué 27 buts, laissant les entraîneurs de l'équipe de jeunes du Real Madrid éblouis sur le banc de touche.

 

Pourtant, malgré les avantages apparents, le gamin avait encore des doutes. Il n'était pas convaincu que le Real Madrid, avec son maillot tout blanc, comme celui de Santos, était la meilleure direction pour sa carrière. Dans un avenir qui n'était finalement pas si lointain, y aurait-il vraiment une place pour lui dans une équipe pleine de superstars acquises à des prix astronomiques ? Ou serait-il, comme tant d'autres avant lui, contraint d’accepter un plan B et prêté dans un plus petit club, où son destin de grand du football lui échapperait inexorablement ?

Quel était le meilleur plan d'action pour un pauvre brésilien comme lui : rester en Espagne, à proximité des principaux centres de football d’Europe, ou retourner au Brésil ?

Neymar n'était pas heureux en Espagne. Contrairement à Messi, qui était plus introverti, le petit Brésilien était ouvert et plein d’entrain. Il aimait passer du temps avec ses amis, chanter et danser. Ses doutes et malheurs tourmentaient tout le clan Silva Santos. Mais la décision avait été prise : peu importe l’avis de ses parents, c’était l’enfant de treize ans qui aurait le dernier mot. Comme cela serait le cas dans de nombreuses rencontres décisives qu'il allait jouer dans les années à venir, la responsabilité reposait sur les épaules du garçon.

Depuis son 1er but au Vicente Calderon le 21 Août 2013, Neymar a trouvé 60 fois les buts adverses et a remporté 5 titres collectifs.

 

 

Source : http://www.barcablaugranes.com/2015/9/1/9237227/the-planet-neymar-part-ii-a-trip-to-madrid ; https://instagram.com/p/8LWyB7EvmD/ ; https://grup14.com/story/neymar-reaches-100-matches-in-a-barcelona-shirt

 

 


Posté par Clément
Article lu 14205 fois