Array Minute tactique : Guardiola contre Emery - FC Barcelona Clan

Article | Pep Guardiola | jeudi 22 septembre 2011 à 21:45  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Retour sur la bataille tactique sans merci opposant Pep Guardiola et Unai Emery, lors du 2-2 entre le Barça et Valence.

Le but de Cesc Fàbregas a permis au Barça d'empocher un point, mais le club fut bel et bien dominé en première mi-temps. L'entraîneur de Valence, Unai Emery, a recyclé son astuce de la saison dernière contre le Barça, à savoir titulariser deux arrières-gauche de métier sur le flanc gauche - Jérémy Mathieu et Jordi Alba - pour maîtriser les montées de Dani Alves. Jonas est donc éjecté du onze, et Bruno Saltor est remplacé par Miguel. Pep Guardiola opte pour un 3-4-3, Alves jouant très haut sur le terrain. David Villa reste sur le banc.

 

Le FC Valence a dominé la première mi-temps en réalisant deux choses à la perfection : d'abord, presser le Barça, serrant le jeu et provoquant des erreurs dans la possession catalane. Deuxièmement, attaquer dans le dos d'Alves, se créant trois grosses occasions de cette manière.
 

 

La bataille sur le flanc d'Alves
  
C'était la clé du match. La stratégie à deux arrière-gauche d'Emery avait bien fonctionné au Camp Nou la saison dernière, Valence ayant marqué via une percée de Mathieu, et menait 1-0 à la mi-temps avant la remontée du Barça. L'idée est que, puisque les montées d'Alves sont très dangereuses, en titularisant sur la gauche du milieu de terrain un joueur ayant de solides réflexes défensifs, on dispose de quelqu'un à l'aise lorsqu'il s'agit de redescendre dans sa ligne de défense. Bien sûr, Alves cherchera à éprouver le plus possible la résistance du système, essayant de forcer les joueurs de Valence vers leur propre goal. C'est ainsi que le Brésilien a joué très haut sur le terrain, mangeant la ligne de touche, afin de repousser Mathieu le plus bas possible. Le problème est que Mathieu fut la plus grande menace offensive côté valencien. Il a constammé percé vers l'avant, exploitant l'espace dans le dos d'Alves, amenant deux buts et une troisième grosse occasion où Soldado a manqué le but ouvert. Comment Mathieu a-t-il pu faire tout cela, s'il était censé traquer Alves ?
 
L'erreur de Guardiola
  
En réalité, Mathieu n'était pas censé coller aux basques de Dani Alves. Pedro a apparemment débuté le match sur l'aile droite, mais il l'a rapidement délaissée pour l'aile gauche, le reste de l'attaque barcelonaise étant composée de Messi en faux 9 et Cesc Fàbregas papillonnant entre les lignes. Le Barça a essentiellement joué sans ailier droit, raison pour laquelle Jérémy Mathieu n'avait pas besoin de surveiller Alves - Jordi Alba suffisait parfaitement à la tâche. Après tout, il n'y a pas de raison particulière à assigner deux hommes au Brésilien. Comme le Barça n'avait aucun ailier droit pour entraîner Alba vers l'intérieur, ce dernier pouvait entièrement se consacrer à Alves.
 
Mathieu était donc libre de s'exprimer vers l'avant, ce qui a complètement déstabilisé le bloc barcelonais. Javier Mascherano devait littéralement jouer arrière-droit, Puyol devant alors le couvrir et Abidal retrouvant un rôle nettement axial... d'où il trompe son propre gardien sur un but contre son camp, puis commet une erreur sur le second but de Valence (loupe l'interception du centre, qui profite à Pablo Hernandez infiltré vers l'ancienne position d'Abidal). Sur cette action, Abidal rentre vers l'intérieur, et Hernandez passe alors à la charge de Seydou Keita, tandis que Sergio Busquets essaie de redescendre aider au milieu de la défense. Le Barça avait là une chaîne de quatre joueurs (plus Busquets), chacun essayant de couvrir la position laissée vacante par l'autre.

Ceci a également eu un impact plus haut sur le terrain : Xavi s'est retrouvé seul, sans possibilité de jouer court, et il n'y avait plus de connexion entre la défense et le milieu de terrain. Le seul espoir blaugrana résidait dans un but sur une passe de Messi vers Pedro ou Cesc, et c'est justement de là qu'est venu le premier goal (assist de Messi pour Pedro). Par ailleurs, Valence s'est bien débrouillé au milieu de terrain. Pablo Hernandez rentrant et jouant court, s'accaparant Keita pour rétablir l'égalité numérique au milieu, et ce sachant qu'Abidal n'attaquerait pas beaucoup. Adil Rami a été impressionnant en montant haut sur Messi et Fàbregas, les muselant largement.

Seconde mi-temps

Guardiola doit réagir en seconde période, et c'est ce qu'il fait. Pedro passe à droite, Fàbregas dérivant initialement depuis la gauche. Alves reçoit la consigne de jouer arrière-droit sans attaquer, et le Barça resserre les boulons pendant les dix premières minutes de la seconde mi-temps. Passons en revue les changements dans l'ordre chronologique, et leurs conséquences.

  1. Guardiola effectue deux remplacements. Adriano rentre à la place de Pedro, pour jouer sur le flanc droit. Cette initiative est légèrement surprenante, et implique de manière assez cocasse que tout le flanc est occupé par des arrières (Adriano, Alves, Mathieu, Alba). Villa est aussi rentré pour Keita, et Fàbregas redescend plus bas dans l'entre-jeu.
  2. Comme le Barça reprend la maîtrise du jeu et retrouve la possession du ballon, Guardiola se permet d'effectuer un nouveau remplacement offensif. Thiago rentre ainsi à la place de Puyol. Ceci aurait pu signifier le replacement de Busquets en défense centrale, mais dans les faits, il a alterné entre son poste et la défense. Quand le Barça avait le ballon, il était au milieu de terrain, avec une ligne oblique de trois joueurs derrière lui (Alves, Mascherano, Abidal).
  3. Voyant que Busquets essaye de jouer devant la défense, Emery sort Canales du terrain et fait monter un attaquant de soutien, Jonas, qui pouvait monter et s'entendre avec Soldado... repoussant ainsi Busquets vers son but. Cependant, Jonas n'a pas particulièrement brillé dans ce rôle, et la domination barcelonaise dans la possession a permis à Busquets de rester au milieu.
  4. Maintenant qu'Alves joue très bas, avec Adriano devant, Emery se permet de faire monter un pur ailier sur le flanc droit (Pablo Piatti), remplaçant un Jérémy Mathieu fatigué. Valence cherche à gagner le match.
Comment le Barça est-il revenu dans la partie ? La possession de balle retrouvée, et une certaine surcharge dans le milieu de terrain. Messi y est redescendu sans marquage et a pu distiller quelques superbes passes, dont l'assist pour Fàbregas, et il glisse plus tard un très bon ballon pour Villa sur la gauche. De plus, Valence s'est fatigué et n'a pu continuer à maintenir la pression sur le porteur du ballon, permettant au Barça de se frayer un chemin à coups de passes.

 

Conclusion

Emery a gagné la bataille tactique d'avant-match, mais Guardiola a utilisé ses remplacements avec plus de sagesse pour revenir au score. La fébrilité barcelonaise en première partie de la rencontre fut surprenante, et peut-être Guardiola s'est-il trop emballé sur les capacités de Dani Alves. Le Brésilien a la caisse pour couvrir tout le flanc, mais cela ne signifie pas qu'il peut être utilisé seul contre deux. Il a besoin d'un joueur de côté devant lui qui rentre vers l'intérieur pour lui ouvrir l'espace.

Il faut rendre hommage à Emery pour ses choix initiaux, ainsi que quelques changements osés pour reprendre la main sur le Barça. Au bout du compte, le facteur le plus important ayant permis le retour du Barça est le talent pur de Leo Messi. Au bout du compte, ce fut une victoire tactique pour Emery.


Source: ZonalMarking

Posté par Wedge
Article lu 5254 fois