Array Mascherano : "Marquer un but ne changera pas ma vie" - FC Barcelona Clan

Article | Javier Mascherano | samedi 12 mars 2016 à 11:55  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Élégant et humble comme toujours, Mascherano s'est confié lors d'une interview au programme "Efectivament" de TV3.

Un Javier Mascherano plus détendu et réfléchi a analysé tout ce qu’il donne de lui-même depuis qu’il est au FC Barcelone. Dans une interview au programme “Efectivament” de TV3, le défenseur argentin a analysé la situation du Barça mais aussi la sienne, tant au niveau sportif que personnel.

La période actuelle de l’équipe
« La situation est très bonne. Au début de la saison nous avons imaginé pouvoir arriver dans ces conditions. Non seulement en terme de résultats, mais en terme de sensations. »

Possibilité de titres
« Il faut terminer le travail. Et ce club exige de le terminer de la meilleure des manières. »

Trajectoire tout au long de la saison
« L'équipe a souffert et sait souffrir. Pendant l’été, les joueurs 12 et 13 ont quitté le club : Xavi et Pedro. Et Rafinha s’est blessé au début de cette saison. L'équipe a su continuer malgré les blessures. Nous sommes devenus plus forts dans les moments d’adversité. Quand un groupe est fort, il est possible d’aller de l'avant dans n’importe quelle situation. »

Les records
« Je ne prête pas beaucoup d'attention aux statistiques. Au final, ce que l’on te demande c’est de lutter pour tous les titres, pas d'autres choses. Parce que ce dont les gens se souviennent, c’est si vous avez obtenu des titres ou non. »

Répéter le triplé
« Je suis très prudent. Jusqu'à ce que nous ayons de véritables options d’être près du but, aujourd'hui nous pensons toujours que tout peut arriver. À la fin de la saison, un ou deux mauvais matchs peuvent fortement vous pénaliser. L'année dernière, le triplé est tombé parce qu’il devait tomber, mais nous ne pensons pas à le faire. »

Ligue des Champions
« Tout d’abord, il faut éliminer Arsenal. Après, tout est relatif. L'année dernière, nous avons dû jouer contre les quatre vainqueurs des quatre championnats majeurs. En quarts de finale, il n'y a pas d'adversaire facile. »

Exigence
« Maintenant, nous jouons à nouveau tous les trois jours. Il faut faire tourner et on verra où en sera l’effectif. »

Le secret de l’équipe
« Le secret est que l'équipe joue en tant que bloc. Les trois de devant sont trois joueurs déséquilibrants et ce que l’on peut trouver de mieux au monde. Mais pour leur amener bien le ballon et qu’ils brillent, il faut faire auparavant 70 mètres. Le football n’est pas seulement une question d’attaque. C’est là où on voit si l’équipe fonctionne : presser, défendre, faire des transitions... »

Le vestiaire
« L'ambiance a toujours été phénoménale. Et cela ne dépend pas des joueurs, mais s'il y a des gens bons ou pas. »

Luis Enrique
« C’est une grande erreur si l’on ne reconnaît pas tout le grand mérite de Luis Enrique. À mon sens, le Barca n’est pas composé de 11 individualités mais fonctionne comme un bloc. Et Luis Enrique fait fonctionner ce bloc avec sa propre idée. Il nous a convaincu que nous allions tous sur le même chemin. Avec lui sur le banc, nous avons beaucoup progressé. Si nous devons souffrir 5-10 minutes, nous le faisons. Avant, ces situations nous coûtaient cher. »

La motivation
« Quand je suis arrivé au Barça, j’étais autant motivé de jouer contre Ceuta que contre le Real Madrid. »

Le Periscope et Piqué
« Les gens sont curieux de voir ce que peut faire un joueur dans un avion, ou ce qu’il peut faire dans sa maison. Cela ne fait de mal à personne. Mais nous vivons dans un monde où le football est devenu un business, et si cela fait parler alors on en parlera pendant une semaine. »

S’adresser aux médias
« Donner une interview fait partie du métier. »

La concurrence avec Busquets
« Je savais ce qui allait arriver. Il était très clair que je ne serais pas titulaire mais dans une équipe qui joue 60 matchs par an, je savais que j’allais jouer parce que Sergio aurait besoin de se reposer. Je ne suis pas dupe. Je n'ai aucun problème à reconnaître si quelqu'un est meilleur que moi. Sergio est le meilleur milieu de terrain relayeur au monde, il a un talent inné. Non seulement il défend mais il construit également. Je n'ai jamais construit dans ma vie. Je peux seulement construire une petite maison quand je joue avec ma fille. »

Son positionnement préférentiel
« Un jour, je rejouerais comme milieu de terrain. Je me sens bien à ces deux postes, mais mon poste est milieu de terrain défensif et je ne renoncerais jamais à jouer là-bas. Lorsque je partirais d'ici, je retournerais à mon poste de milieu de terrain. »

Auto-exigence
« Être dans un état de tension et de concentration permet de ne pas se laisser aller. »

Son futur
« Il faudra voir mes performances, si le club continue à compter sur moi... Je n’ai rien planifié pour l’avenir. »

Marquer un but
« Il est très probable que je quitte le Barça sans marquer un but. Ce n’est pas quelque chose qui m’obsède. Un but ne change pas ma vie. »

Messi
« C’est le meilleur joueur de l'histoire. C’est le joueur le plus influent dans l'histoire du club. »


Source: SPORT

Posté par thenewface
Article lu 1758 fois