Array Les blaugranas au Brésil : une fin synonyme de désillusion totale - FC Barcelona Clan

En Une | Forum Focus | mardi 15 juillet 2014 à 21:41  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Le couperet va tomber. Les dieux du foot vont livrer leur verdict. L’enjeu des deux derniers matchs de ce Mondial brésilien était simple : désigner le 20 ème champion du Monde et permettre au pays hôte de laver l’affront.

Brésil


Le retour du capitaine Thiago Silva n’y a rien changé. Le bateau a coulé. La défense n’aura tenu que 3 minutes. Comme un symbole, c’est le capitaine brésilien qui provoque la chute des siens. Faute grossière. Pénalty que Robin Van Persie transforme. Sans idée directrice de jeu, incapable de déstabiliser l’adversaire, d’une grande faiblesse technique, c’est une bien triste Seleçao qui quitte son Mondial la tête basse.
Le chantier est immense pour le successeur de Scolari.



Le bilan de nos barcelonais est mitigé.
Neymar, très seul a largement tenu les promesses que tout un pays avait placé en lui jusqu’à sa blessure. Espérons un rétablissement complet sans séquelles.
Dani Alvès a été écarté pour des raisons sportives. Les doutes émis la saison dernière dans l’entourage du Club sont donc confirmés. Le joueur a réaffirmé sa motivation. Une rencontre aura lieu à son retour de vacances.

Argentine


Dans une lettre du 13 octobre 1806 qu’il adresse à son ami Niethammer, Hegel raconte qu’en regardant le passage de Napoléon sous ses fenêtres à Iena, c’est l’Histoire qu’il a vu défiler sous ses yeux.
L’attente était immense. L’Histoire quasiment déjà écrite. Ce match devait être la consécration pour Lionel Messi. Conquérir le titre mondial, chez l’ennemi brésilien avec cette équipe à ses côtés c’était de l’ordre du mythe. Du surhumain.
Malheureusement, l’Histoire en a décidé autrement et, accoudés à nos fenêtres nous n’avons rien vu passer...
Les occasions n’ont pas manqué mais en finale de Coupe du Monde, avec un déficit physique évident et des remplaçants qui n’ont pas apporté ce qui été attendu, la marche était trop haute…
La destinée de Messi passe donc sous une autre catégorie. Celle du héros blessé. L’incarnation littéraire de cette figure est celle du Lord Jim de Conrad. Par lâcheté, ce marin abandonne ses passagers pendant une tempête alors qu’il se rêvait en héros courageux. De ce rendez-vous manqué avec lui-même va découler une longue errance dont il ne sortira jamais. Espérons que La Pulga se remette de sa déception et trouve dans la fierté du chemin parcouru la force de continuer. Combien de joueurs aurait pu hisser un collectif aussi pauvre jusqu’à la finale ?
Il ne doit pas y avoir de malentendu autour du statut de Messi. Cette occasion manquée ne le relègue pas en deçà du rang qui était le sien avant le Mondial.
Soumis au nouveau protocole de la FIFA , le plus blessé des argentins a dû aller chercher une récompense individuelle aussi amère que déplacée.

D’un point de vue plus « Barça », cette finale perdue aura néanmoins permis de lever les doutes. Oui, Messi est un joueur à part. Oui, il a perdu son endurance. Oui, sa faculté d’accélération est amoindrie. Non, le problème n’était pas de « se réserver » pour la Coupe du Monde. Oui, ce constat est sérieux, voire inquiétant.

Mascherano, à bout de forces et au bord de l’expulsion a réalisé un Mondial de haut vol.

Image


Posté par Tele-Santana
Article lu 2229 fois