Array Le Réveil de la Force - FC Barcelona Clan

En Une | News | mardi 23 février 2016 à 09:51  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Après quelques saisons mitigées, le club est revenu sur le devant de la scène avec Luis Enrique à sa tête. L'Asturien a réussi là où ses prédécesseurs ont échoué : clore le chapitre Guardiola et écrire une nouvelle histoire.

Quand Luis Enrique arrive, il impose sa patte et sa discipline, jusqu'à remettre en cause le statut de certains joueurs (Xavi, Piqué, Alves, Alba). Une première partie de saison lui a permis de se chercher tactiquement, puis, après la fameuse défaite de l'Anoeta et le pacte qui en a suivi, l'équipe a trouvé sa voie qui la mènera jusqu'au triplé.



Au niveau du système, c'est le traditionnel 4-3-3. Pour l'animation, c'est la possession classique et un positionnement haut du bloc. Jusque là, rien qui explique pourquoi ce Barça est redevenu la meilleure équipe du monde. Mais en y regardant de plus près, les changements sont beaucoup plus visibles.

D'abord, il y a eu une mobilisation générale des anciens qui ont connus l'époque Guardiola. Une mobilisation symbolisée par deux hommes : Alves et Piqué. Les deux joueurs souffraient beaucoup du rendement défensif de l'équipe et ils vacillaient entre le bon et le moins bon. Mais l'excellence n'y était plus. Depuis la saison passée, les deux défenseurs sont redevenus ce qu'ils étaient, à savoir le meilleur latéral du monde (et de l'histoire) ainsi que l'un des tout meilleurs centraux de la planète. Xavi a accepté son nouveau rôle tandis que Busquets et Messi ont pris conscience qu'ils étaient les nouveaux leaders autour de Andres Iniesta. Quant à Mascherano, son niveau est resté plus ou moins le même mais il a retrouvé son rôle de relai tactique de l'entraîneur, chose qui n'était plus arrivé depuis Guardiola.

Ensuite, Luis Enrique a tout mis en œuvre pour assurer l'après-Xavi du mieux possible. La Maquina n'était plus indiscutable, il est devenu un joker qui calme le jeu en fin de match tandis que Rakitic l'a remplacé. Le rôle de Rakitic est de couvrir toute la zone droite afin de "protéger" Alves et Messi, tout en étalant sa panoplie balle au pied. De son jeu long à son jeu en première intention. 

Si Rakitic remplace numériquement l'ancien chef d'orchestre catalan, c'est Busquets qui le remplace dans l'animation. Si le poulpe a toujours conservé son rôle de sentinelle, il se montre beaucoup plus avec le ballon. Une tâche partagée avec un Iniesta qui rayonne cette saison dans la conservation et la verticalité. Busi lui, s'occupe de la relance, des passes entre les lignes et d'aérer vers les ailes, il est le véritable chorégraphe qui gère le tempo et le bloc. En étant positionné plus haut, il permet au reste de l'équipe d'étouffer l'adversaire à la perte du ballon, sa capacité à couvrir, presser et anéantir les contres est phénoménale.

Les coups de pieds arrêtés ont aussi été retravaillés et l'équipe redevient intraitable dans les airs. Avec un Piqué omniprésent qui remporte tous les duels, la défense en zone refait son retour et le Barça concède peu de buts sur CPA.

Aussi, la possession devient moins stérile et la contre-attaque est une arme retrouvée au sein des blaugranas (il est bon de rappeler que ce n'est pas une révolution dans le jeu catalan, le contre a toujours été une arme qui a été oubliée durant deux ou trois saisons seulement). Avec un trident aussi létal que la MSN, le Barça devient deux fois plus dangereux. Le retour du contre est aussi lié à un milieu de terrain qui maîtrise moins les débats que par le passé et qui joue de manière plus verticale pour un trio offensif qui est la clé de cette équipe.

Parce que le véritable gros plus de ce Barça est bien la MSN. En un an et demi, ils réussissent l'exploit d'être déjà dans l'histoire. Jamais le football n'a pu voir un trio aussi complémentaire dans le jeu et en dehors du terrain. Le Barça possédait deux cracks avec Messi et Neymar. Mais pour compléter cette ligne d'attaque, il fallait un attaquant complètement atypique qui n'a pas le même profil que les deux sud-américains. Alors Luis Suarez est arrivé en pleine tempête médiatique (la morsure sur Chiellini qui lui vaut une expulsion du Mondial) mais surtout en étant dans la forme de sa vie. L'Uruguayen venait de réaliser une saison de rêve à Liverpool où les Reds sont proches de gagner le titre alors que ce n'était pas du tout programmé. À 28 ans, Suarez signe dans le club de ses rêves et permet au Barça d'avoir un trio complet.



Son style hargneux, accrocheur et instinctif permet à Neymar et Messi de jouer plus libéré et surtout cela permet au Barça d'avoir un attaquant de pointe, concept nouveau depuis la fin des années 2000. Depuis le départ de Eto'o et l'explosion totale de Messi, le Barça peinait à jouer avec une véritable pointe et l'argentin était au centre du trident. Avec Suarez, Messi a accepté de revenir sur le côté et les trois joueurs forment une ligne d'attaque inestimable.

 


Posté par Tele-Santana
Article lu 2052 fois