Array Le Barça encore ébranlé par les procès ! - FC Barcelona Clan

Article | Josep Maria Bartomeu | samedi 14 février 2015 à 20:53  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Le 3 février, Josep Maria Bartomeu, président du FC Barcelone, a été mis en examen pour une fraude fiscale présumée dans le cadre de l’affaire du transfert de Neymar. Son prédécesseur, Sandro Rosell, (ainsi que le club) avait déjà été inculpé pour cette même affaire. Convoqué le 13 février prochain par le juge d’instruction Pablo Ruz, de l’Audience nationale de Madrid, afin de s’expliquer sur le défaut de paiement de 2,8 millions d’euros d’impôts, dans le cadre de la transaction du joueur brésilien datant de 2013, le président a parlé "d'attaques". Éclairages du Clan.

Le club a réagi sur son site internet pour exprimer sa surprise et son soutien. Le communiqué : 

« Le FC Barcelone veut exprimer à ses socios sa surprise, son indignation et son désaccord total envers la demande du fisc de juger le club et celui qui était son président à l’époque, Sandro Rosell, pour différents délits présumés lors du transfert de Neymar da Silva Santos Jr.

Ces derniers mois, le FC Barcelone a clamé son innocence, apportant tous les documents demandés à plusieurs reprises et renforcés par divers témoignages. De plus, le club a été aidé par des spécialistes en droit fiscal.

Le FC Barcelone veut aussi exprimer son total désaccord en relation avec la demande du fisc de dénoncer le président Josep Maria Bartomeu pour un délit fiscal présumé lors de l’exercice 2014.
Dans ce cas, la demande concerne un paiement de 5 millions d’euros, le dernier paiement des 40 millions que le club était obligé de payer à la société N & N pour le transfert du joueur et qui devaient être payés le 31 janvier 2014, huit jours après le changement de président.

La décision de différer ce dernier paiement en janvier 2014 et la discussion sur le type d’imposition qui devait s’en appliquer ne paraissent pas des raisons suffisantes pour demander une sanction.

Le FC Barcelone espère que le juge gérant le cas ne réponde pas aux demandes du Fisc, puisque tout a été fait pour ne pas contourner la loi dans ce transfert.

Le FC Barcelone annonce qu’il reste serein et prudent, qu’il agira avec toute la fermeté possible pour continuer à défendre les intérêts du club et des socios. Ainsi, le FC Barcelone ne permettra pas que l’on nuise à l’image du club ou d’un transfert qu’il considère comme historique et stratégique. »

 

De son côté, le President Josep Maria Bartomeu a maintenu, dans deux interviews accordées aux chaînes catalanes TV3 et 8tv, que les accusations portées contra lui et le club à propos du transfer de Neymar sont une "attaque contre l'institution". Voici son communiqué de presse in extenso :  

« Ça n'a pas de sens d'attaquer un club comme le Barça, ça prend des proportions insensées. C'est une attaque caractérisée contre l'institution et nous devons nous défendre. La ligne jaune a été franchie et nous devons dire que c'est assez. Il y a trop de choses qui se sont passées et nous devons arrêter ça. La semaine prochaine, j'irai à l'Audiencia Nacional (N.D.L.R. : Cour unique en Espagne avec une compétence sur tout le territoire national et réservée pour les cas qui ont une importance nationale ou internationale ainsi que certains crimes graves) et encore une fois nous dirons la vérité. Je veux que ce soit clair que le Barça n'a rien fait de mal. Tout ce que nous avons fait c'est faire signer un joueur au club. Ni le Barça, ni ses employés, ni ses directeurs n'ont rien fait de répréhensible. Tout ça vient de quelqu'un qui ne voulait pas que Neymar vienne au Barça. Le père de Neymar a affirmé qu'il avait reçu une meilleure offre de la part du Real Madrid, et cela ne s'est pas bien passé. 

Tout ce que nous avons fait a été évalué et nous avons suivi les étapes habituelles pour la signature d'un joueur comme Neymar. Nous avons dit que la signature a coûté 57 millions [d'euros] et nous nous en tenons à ce chiffre. Il y a quelques contrats que le Barça interprète dans un sens et la juridiction nationale une autre, c'est là que réside la différence. Je n'ai pas de preuve, mais il y a des faits. L'année dernière, nous avons permis l'utilisation du stade pour le "Concert de la Liberté" et nous avons joué un match en portant le kit du drapeau national catalan, la marche pour l'indépendance catalane a traversé le Camp Nou et donc peut-être que ça n'a pas été du goût de tout le monde. Tout au long de son histoire, un club comme le Barça a souffert des injustices et nous sommes en train d'en vivre encore une. C'est grave. Je veux aller au fond de tout cela. Nous avons fait les choses dans le droit chemin. Nous allons continuer avec la même force et, si nécessaire, plus encore. Nous avons toujours dit que nous voulons aller au fond des choses parce que le Barça n'a rien fait de mal. Nous n'avons violé aucune loi, à aucun moment. Pour cette raison, nous n'accepterons pas n'importe quel accord . Ni Sandro Rosell, ni moi-même ne sommes à blâmer. Nous voulons connaître la vérité. Nous voulons expliquer que nous avons agi dans la loi et non à l'extérieur. Nous avons agi en conséquence et nous ferions la même chose pour faire signer Neymar dans notre club. »

Un changement de planning ?

La perspective d'un procès pèse comme une épée de damoclès sur Bartomeu, porté à la présidence sans avoir été élu et fortement fragilisé par la sanction d'interdiction de recrutement infligée au club jusqu'en janvier 2016, pour des infractions dans les transferts de joueurs mineurs. Ces turbulences, aggravées par une crise interne, l'ont contraint à convoquer des élections anticipées au début de l'été.

Si le juge donne suite aux réquisitions, "Barto" devrait se concentrer sur sa défense et ne pas se présenter aux élections, déclarait un membre anonyme de la direction du club, cité par le quotidien El Mundo mardi.

Malgré la récente embellie que connaît le Barça sur le terrain, le risque pour Bartomeu est que les 150.000 "socios" du club sanctionnent l'actuelle direction. Ce qui pourrait profiter, par exemple, à l'ancien président Joan Laporta (2003-2010) qui a dit envisager de revenir aux affaires.

« Nous avons annoncé en janvier qu'il y aurait des élections. Nous voulions ramener le calme et nous l'avons fait. Les nouveaux éléments ne changent pas la planification. Je me présenterai aux élections en fin de saison. L'agenda reste le même. Le dossier Neymar qui semblait être derrière nous ne fait que nous renforcer, moi et le board. »

 

Echos de l'audience du vendredi 13 février

Comme convenu, Bartomeu s’est présenté à l’audience à 11h, accompagné de son avocat José Antonio González Franco et celui du Barça Cristobal Martell. L'audience a duré plus de 3 heures, Bartomeu a expliqué au juge que Sandro Rosell a mené les négociations pour la signature de Neymar directement avec son père. A l'époque vice-président sportif , Bartomeu a déclaré qu'il ne s'était pas impliqué dans les négociations avec le père du joueur, que c'était son prédécesseur, Sandro Rosell, qui avait négocié tous les contrats concernant l’affaire du joueur brésilien. En outre, il a souligné que, une fois les négociations terminées, il avait reçu les contrats et il les avait approuvés, sans s'apercevoir de la présence d'une possible fraude financière. Selon le communiqué officiel du club, Josep Maria Bartomeu a affirmé que lui et Sandro Rosell ont donné l'ordre de payer la taxe sur l'accord conclu en conformité avec les lignes directrices énoncées par les conseillers financiers du club. 

En ce qui concerne l'accusation de l'administration illégale, l'actuel président Bartomeu a demandé une étude de tous les contrats en cours de signature avec des instructions pour être extrêmement prudent et ne prendre aucun risque. L'étude a recommandé la normalisation des questions fiscales qui ont eu lieu en février 2014 .

À noter que, désormais, les sommes versées par le FC Barcelone aux autorités fiscales vont au-delà de ce qui est nécessaire dans toute interprétation du droit fiscal. Le club espère et est convaincu que le procès contribuera à mettre en évidence que son administration a agi de manière correcte dans cette affaire.

D'autres procès en vue ?

Lors de ces deux interviews, le président a annoncé qu'il y avait d'autres enquêtes en cours. « Il y a des enquêtes judiciaires ouvertes à mon encontre mais aussi à l'encontre d'autres administrateurs et de joueurs de l'équipe première. C'est encore une coïncidence. Le Barça est à l'honneur et certains ne le supportent pas. Nous pensons que c'est immérité. »

 

Les avis du Clan

Taser :

Que l’on aime ou pas cette direction, qu’on la trouve compétente ou pas, on se doit d’analyser les faits en faisant abstraction de nos prises de positions. Pourquoi ? Parce qu’on aime ce club tout simplement.
Depuis la signature de Neymar, les soucis extra-sportifs s’accumulent ! Devons nous rappeler que cette direction est en place depuis l’été 2010 ? Jusqu’à la signature du brésilien, je n’ai jamais entendu quiconque (pas même du coté de Madrid) parler « d’escrocs » en parlant de la direction.
Peut-on également rappeler que le Real Madrid a tout tenté pour faire signer Neymar, allant même jusqu’à proposer l’indemnité de rupture du contrat qui avait été signé entre le FC Barcelone et N & N en 2011 ? D’ailleurs, quand commence cette histoire ? Avec la déclaration de Perez sur le prix qu’aurait couté le transfert du brésilien au Real Madrid…et personne pour se dire qu’il faudrait peut-être en retrancher l’indemnité citée ci-dessus !
Bartomeu le dit ici à demi-mot, et en remet une couche en rappelant la prise de position du club et de nombreux joueurs pour le « oui » dans le référendum d’indépendance. Qui ne comprendrait pas que cela a pu déplaire au pouvoir central, c’est-à-dire madrilène ? Alors même si ces rappels ne sont pas le fait générateur de l’affaire « Neymar », il reste tout de même assez aisé de comprendre qu’ils ont pu contribué à un certain acharnement que l’on voit depuis un an maintenant.
Surtout, lorsque l’on se décide à lire correctement les chiffres qui circulent dans cette histoire et qu’on les compare à ce qui se pratique dans ce sport ! Il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un chat.

Cela finira probablement par une amende à payer, y a quelques éléments du transfert qui sont très discutables…mais comme dans tous les transferts atteignant ces montants là, j’espère que vous n’êtes pas naïfs. Et même s’il y a amende, on ne l’inclut jamais au prix du transfert ! Jamais !!
Encore une nouveauté pour le seul FC Barcelone.

 

Si vous avez des choses à redire, inscrivez-vous au forum du FCBClan...on vous répondra avec plaisir.


Source: Sports, TV3, 8TV, Site Officiel

Posté par Clément
Article lu 5093 fois