Array Juan Carlos Unzue, porte-flingue de Luis Enrique. - FC Barcelona Clan

En Une | Club | lundi 3 août 2015 à 10:30  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

L'assistant de Luis Enrique, Unzué est reconnu comme l'homme par lequel la révolution des coups de pied arrêtés est arrivée. Il serait cependant injuste de le réduire à ce compartiment de jeu. On ne compte plus le nombre de fois où on a vu Luis Enrique penché, à l'écoute de son 1er adjoint. Coup de projecteur sur cet homme de l'ombre.

Déjà présenté en début de saison dernière sur le portail du Clan  et après une saison qui a dépassée nos espérances, il était temps de s'arrêter sur l'assistant de Luis Enrique.

Retour sur son parcours


Le parcours professionnel de Juan Carlos Unzue (Pampelune, né le 22 avril 1967) a toujours été bordé des couleurs du Barça. Il a joué pour le club de 1988 à 1990 comme remplaçant de Zubi, ce qui lui a valu plusieurs titres. Il était reconnu comme un gardien complet, agile et adroit. Barré par celui qui deviendra plus tard directeur sportif, il quitte le Camp Nou pour n'y revenir que 13 ans plus tard.

C'est avec Frank Rijkaard qu'il revient au Camp Nou. Aux côtés du Néerlandais, Unzué a officié comme entraîneur des gardiens de 2003 à 2008, avec la Ligue des Champions 2006 comme apogée.

Il a conservé son poste sous Pep, et a donc goûté une deuxième fois au succès européen en 2009. Tout au long de ces années, l’entraîneur des gardiens doit suivre la progression d’un jeune gardien prometteur, qui va devenir un des cadres du vestiaires : Victor Valdès. Ce duo va vivre des années très fructueuses, couronnées par quatre Ligas, deux Champion's League (2006 et 2009), une Coupe du Roi et surtout trois Zamoras.

Ce n'est qu'en 2010, lorsque Numancia a frappé à sa porte, que le premier rôle s'est présenté à lui. Mais son retour à Barcelone n'a pas tardé à venir. Un an plus tard, il revient diriger les gardiens de but de l'équipe en remplacement de Carles Busquets. Deuxième passage dans le staff blaugrana donc. En Juin 2012, il met fin à son contrat pour s'engager auprès du Racing Santander, mais l'aventure tourne court puisqu'il quitte son poste avant le début de la saison en raison de désaccords avec la direction (placé en cessation de paiement depuis juillet 2011 et relégué sportivement en D2 espagnole à la fin de la dernière saison, le Racing n'avait pas les moyens financiers de conserver son nouvel entraîneur qui devait s'engager pour trois ans).

Et c'est alors qu'apparait Luis Enrique. En 2013, l'actuel coach de l'équipe première du Barça lui propose de l'accompagner en tant qu'adjoint au Celta Vigo. Les deux s'entendent parfaitement. Leur amitié remonte à une décennie lors de la dernière saison de l'Asturien comme joueur du Barça.

Les deux sont de bons amis parce qu'ils sont cyclistes amateurs. Son frère, Eusebio Unzue, est directeur général de l'équipe cycliste professionnelle Movistar. Ensemble, ils ont notamment partagé l'ascension du col du Mortirolo et une bonne tournée dans les Alpes. Tous les deux accordent une grande importance à la préparation physique.

Après une saison aux commandes du Barça, Tata Martino part et c'est Luis Enrique qui débarque. Dans ses valises, il emmène une partie de son staff, y compris, bien sûr, Unzué.

Dans les sessions de la pré-saison 2014-2015 menées sur le terrain de Saint-Georges en Angleterre (voir article), Unzué est responsable de la réorganisation de la défense et de la communication avec les médias, tandis que Luis Enrique est chargé d'améliorer l'aspect offensif.

Il est l'un des principaux défenseurs de la relance dans les pieds. Une anecdote illustre sa pensée. Le jour du Clasico remporté 1-3 au Bernabeu, Valdés commet une erreur sur un contrôle de balle. But dès la première minute, entame catastrophique. L'homme qui hurle à Valdès de garder confiance et de rester le même depuis le bord du terrain, celui qui l'encourage et l'exhorte à rester fidèle à ses principes de jeu, c'est Unzué. La confiance dans les principes du jeu blaugrana. Toujours.

Un champ de ruines

Il faut se souvenir de ce que déclarait publiquement Tata Martino il y a à peine plus d'un an pour mesurer l'ampleur du changement apporté par le travail d'Unzué sur les coups de pieds arrêtés.

Il y a un an quasiment, le 12 mars 2014, le Barça avait encaissé 13 buts sur ces phases de jeu dont 10 sur corner. Le diagnostic de l'actuel sélectionneur argentin était lapidaire : « Si vous avez des difficultés sur coups de pieds arrêtés, que vous soyez en défense individuelle ou en zone, c'est que le problème est physique, c'est une question de taille ». https://twitter.com/barcastuff/status/379943195154857984

La solution envsagée était tout aussi simpliste : « La seule solution c'est de ne pas concéder de coups de pieds arrêtés, ou alors que tout les joueurs grandissent soudainement de 8 ou 10 cm ». https://twitter.com/barcastuff/status/421061235166048256

L'heure n'est pas au procès de Martino, d'autant qu'il semble permettre à Messi de profiter des trèves internationales pour se reposer sans trop de difficultés. Mais force est de constater que le changement est spectaculaire : le Barça n'a plus encaissé de but sur corner depuis celui de Pepe lors du Clasico aller le 25 octobre 2014 jusqu'au 15 avril 2015 !

Les Blaugranas concèdent pourtant des corners et des coups francs et n'ont pas grandit de 10 cm en un été. L'explication est donc à chercher ailleurs : du côté d'Unzué.

Une révolution

Délaissant en partie le marquage en zone, les Blaugranas ont opté cette année pour une défense mixte en corner. Deux joueurs à l'attaque de la balle, un marquage individuel possible, une présence en zone. Les options sont nombreuses et décortiquées par un homme encore plus à l'ombre qu'Unzué : Roberto Moreno, assistant chargé de la vidéo qui décortique scrupuleusement les forces et la faiblesses des adversaires. Et c'est en fonction que les stratégies sont choisies.

Certains entraîneurs préfèrent garder leurs stratégies spéciales pour les grands matchs. Le choix du staff a été de travailler tout au long de la saison ces phases de jeu, quel que soit le rang de l'adversaire. Tout porte à croire que cela a changé la mentalité des joueurs qui ont pris conscience qu'ils pouvaient faire basculer un match sur coup de pied arrêté.

Deux exemples de mouvements travaillés à l'entrainement :

https://www.youtube.com/watch?v=jhADC8c1wIs

https://www.youtube.com/watch?v=Kk4h9SEYme0&feature=player_embedded


 

En ce sens la triple confrontation face à l'Atlético Madrid a été un révélateur de la progression des Blaugrana dans cet exercice.

Face à une équipe passée maître dans cette phase de jeu et qui avait remporté la Liga au Camp Nou lors de la dernière journée la saison dernière sur un corner, les partenaires de Leo Messi avaient tenu le choc, n’encaissant pas de but. Les Colchoneros, à court de solution, avaient même fini par opter pour des corners à la rémoise afin de perturber la formation catalane. Homme fort durant ces rencontres, Gérard Piqué est le prolongement sur le terrain des intentions d’Unzué sur le banc. En proie au doute en début de saison, le défenseur central, à nouveau à un très bon niveau, est très souvent à la retombée des ballons sur les phases défensives et plus souvent sur les phases offensives où il a inscrit 7 buts, retrouvant son meilleur total sur une saison depuis 2009-2010.

L'homme qui murmurait aux oreilles des joueurs

Sa science tactique ainsi que sa connaissance du vestiaire du Barca vont lui permettre de devenir un poids lourd dans le staff technique. Ce point semble confirmé puisque même la presse madrilène soulignait les bonnes relations d'Unzué et de Messi lors de la "guerre froide" de cet hiver entre les joueurs et une partie du staff (voir article Marca).

Autre image, en fin de saison cette fois, lors des dernières minutes face à l'Atlético, Neymar s'échauffe avec Godin. Le ton monte, fait rare, Messi s'interpose. Un homme surgit à l'écran, dépassant largement sa zone : Unzué, qui depuis le long de la touche parle, la main devant la bouche à Neymar et calme les esprits.

 

Lors de la session d'entrainement avant la demi-finale aller de Champion's face au Bayern Munich.

 

Sources: http://www.espnfc.com/blog/espn-fc-united-blog/68/post/2382320/barcelonas-unsung-hero-helps-them-to-maintain-their-gap-over-real-madrid

http://www.mundodeportivo.com/20140802/fc-barcelona/juan-carlos-unzue-las-manos-de-luis-enrique_54412699169.html

http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Santander-doit-changer-de-coach/306271

 


Posté par Clément
Article lu 10380 fois