Array Comprendre l'imbroglio Neymar - FC Barcelona Clan

En Une | Neymar da Silva Santos Junior | vendredi 19 février 2016 à 15:53  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Les derniers développements du procès autour du transfert du prodige brésilien.

Le point de vue du Barça

La semaine dernière, le président du Barça, Josep Bartomeu, l’ancien président, Sandro Rosell, et le directeur général, Ignacio Mestre (photo), ont fait leur déposition devant l’Audiencia Nacional (cour nationale) dans le cadre de l’enquête concernant la plainte déposée par DIS, une entreprise qui détenait une partie des droits de Neymar avant son transfert en Catalogne. Plus tard dans l’après-midi, le club publiait un communiqué déclarant « sa satisfaction d’avoir pu s’exprimer sur les événements autour du transfert du joueur Neymar Jr. »

Le président du Barça et son prédécesseur ne sont restés qu’une heure et demi dans la salle d’audience, se contentant de ratifier les déclarations qu’ils avaient préalablement exprimées à la même cour, lors de l’enquête fiscale autour du transfert du Brésilien. Lors de ces précédentes déclarations, faites d’abord par Sandro Rosell à l’été 2014 au juge Pablo Ruz (plus tard remplacé par José de la Mata), et ensuite par Bartomeu en février 2015, les deux dirigeants du Barça défendaient le fait que le club s’était bien comporté lors de la signature de l’attaquant.

Selon El Confidencial, Mestre a aussi expliqué que selon le contrat signé par Neymar en 2011, les deux parties s’accordaient sur une pénalité de 40 millions d’euros si le joueur ne rejoignait pas Barcelone à l’été 2014. Cependant, cette clause n’interdisait pas au joueur de recevoir d’autres offres voire même d’en accepter une ; il s’agissait juste d’un moyen grâce auquel le club comme le joueur protégeaient leurs intérêts respectifs.

Le directeur général du Barça a déclaré que Neymar ne voulait jouer que pour le club catalan, ayant rejeté une offre à 100 millions d’euros du Real Madrid. En dépit du précédent accord, le Barça a toutefois décidé de transférer Neymar depuis Santos un an avant la fin de son contrat, et ce pour des raisons sportives. Pour cette raison, le Barça a dû verser 17 millions d’euros à Santos. Mestre a expliqué que le joueur a refusé le Real parce qu’il n’en voulait pas, et non parce que le Barça l’en empêchait, et ce bien que l’offre de la capitale était bien meilleure financièrement.

Le directeur a aussi rejeté l’idée selon laquelle l’accord pour deux matchs amicaux entre le club et Santos était faux. Il s’est justifié en disant qu’un des deux matchs a déjà été disputé lors du Trophée Gamper de 2013, et que le second n’a pas encore été programmé car Santos n’a répondu à aucun des fax du Barça qui les informait de ses disponibilités. Ce second match amical peut encore être joué jusqu’à l’été 2018, soit la date de fin de contrat de Neymar avec le Barça. Le contrat octroyait aussi la priorité au Barça sur le recrutement de trois joueurs de l’académie de Santos. Mestre a déclaré que deux joueurs ont été proposés au Barça mais qu’ils ont été refusés parce qu’ils n’avaient pas le profil, tandis que le troisième joue toujours à Santos et est étudié par le club catalan.

Santos et le clan Neymar

Le même jour, la porte-parole de Santos, Fatima Bonassa, s’est également exprimée devant la même cour, déclarant que son club s’était senti trompé par la manière dont le transfert a eu lieu. Au long d’une audience de six heures, Bonassa a insisté sur le fait que Neymar savait les détails de son transfert car il est majeur et savait ce qu’il signait, mais qu’il voulait absolument aller au Barça, forçant Santos à accepter l’offre à 17 millions.

Elle a expliqué qu’au Brésil, les joueurs choisissaient leurs transferts, en conséquence de la “loi Pelé” qui force les clubs à obtenir l’autorisation des joueurs avant la finalisation du transfert. Bonassa a aussi déclaré qu’après avoir pris connaissance de l’enquête ouverte en Espagne, les représentants de Santos ont compris les raisons de Neymar à vouloir rejoindre le Barça et pas un autre club.

Neymar semblait détendu à l’audience, s’arrêtant pour signer des autographes et prendre des photos avec les fans. Il déclare ainsi au juge « J’étais heureux à Santos. Je pensais que seul le Barça pouvait me rendre aussi heureux. » Son père, Neymar Senior, a déclaré que son fils n’avait rien à voir avec les détails du transfert. Il a expliqué que Neymar s’intéressait seulement au football et qu’il n’est jamais intervenu dans les négociations du contrat qui sont sous le coup de l’enquête. D’après El Confidencial, Neymar Sr a nié que le contrat signé en novembre 2011 allait à l’encontre du marché libre, tel que prétendu par DIS : « Ce que nous avons négocié était une priorité d’achat ».

DIS Esporte

DIS a effectivement déposé plainte ; après un refus, le juge De la Mata a ouvert une enquête en juin 2015 pour soupçons de corruption privée et fraude sous forme de faux contrats. L'entreprise brésilienne se déclare victime de fraude car elle a été écartée des accords additionnels établis entre les deux clubs : la priorité sur les trois joueurs de l'académie de Santos pour laquelle le Barça a payé 7,9 millions d'euros, et l'accord pour deux matchs amicaux entre les deux clubs durant les cinq premières années de contrat de Neymar à Barcelone, le club catalan devant s'acquitter de 4,5 millions d'euros si le second match n'était pas joué

Le Barça affirme que ces deux accords n'avaient rien à voir avec le transfert et que par conséquent, DIS n'avait droit à aucune compensation financière. L'accusation de corruption privée vient du fait que l'entreprise brésilienne pense que, ayant signé un accord de priorité au Barça en 2011, Neymar a empêché DIS de le placer sur le marché libre des transferts et peut-être gagner plus d'argent dans la transaction.

 


 

L'article vous a plu ? Ne manquez pas le reste de l'actualité blaugrana et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Facebook : https://www.facebook.com/PenyaFCBClan/
Twitter : @FCBClan


Source: Grup14

Posté par Wedge
Article lu 3001 fois