Array Barca, avec seulement deux victoires - FC Barcelona Clan

Chronique | Cruyff | lundi 18 avril 2011 à 01:37  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Voici ce que Cruyff dans sa chronique du 11 avril disait à propos des 4 classicos qui se profilaient.

A Madrid et au Barça il ne leur reste qu'à valider leur tickets pour les demi-finales de la Champions. Sauf un dérapage majeur, il devrait en être ainsi dans les deux cas. Et tout de suite, oui, jusqu'à quatre duels directs en 18 jours. Trop ? Non. Parce que c'est une conséquence d'un fait irréfutable : ce sont deux très bonnes équipes, deux très bons compétiteurs, et nous entrons en plein dans la dernière ligne droite de la saison, celle de la distribution de prix, à laquelle les meilleurs arrivent seulement. Ainsi cela c'est vérifier en Copa del Rey, de même qu'en Liga et pareil en Europe, où cette semaine le voile laissera place aux quatres candidats au titre. Et, sauf une énorme surprise, ceux-ci seront deux de ces quatres.

Réaliser, ce que l'on dit possible, le Barça et Madrid tous les deux peuvent gagner ses quatre duels. Est-ce probable ? Au contraire, c'est très improbable. Et surtout, inutile. Vous n'avez pas besoin de gagner quatre matchs contre votre plus grand rival pour prouver que vous êtes le meilleur. Au moins du point de vue azulgrana. Venant d'où tu viens, de gagner ce que tu as gagné, jouer comme tu joues, ton objectif n'est pas les quatre entièrement. ton but est de gagner les matches adéquats. Et ce ne sont pas ces quatre là. Il en existe deux: la finale de la Cup à Valence et le retour de la demi-finale de la Ligue des champions à Barcelone. Une valeur d'un titre, l'autre une place en finale. L'un vaut un titre; l'autre, une place en finale.

Une défaite acceptable

Ce dont il s'agit ici, c'est de bien concourir, non de s'exhiber. Par style, par ses joueurs, par ses entraîneurs, le Barça et Madrid sont très différents. Mais au fonds l'unique différence qui existe entre les deux, tout de suite, ce sont les 8 points qui les séparent en Liga. Dans les autres compétitions, indépendamment, que ce soit 90 minutes, ou 180 minutes, gagnera celui qui sait concourir le mieux. Et cela inclut le premier match de tous, supposément peu important Madrid-Barça à Bernabéu. Pour le Barça, bien rivaliser sur ce match n'est pas de gagner à tous prix. Le nul est aussi bon et l'échec est acceptable. Bien concourir ce samedi est une autre affaire. c'est faire en sorte que Madrid s'use et donne tout et plus. ensuite, le résultat sera ce qu'il sera, mais à ce stade de la saison tout effort supplémentaire que vous pouvez enrayer à votre rival peut être déterminant lorsque vous avez à le croiser  trois fois de plus. Guardiola sera celui qui va décider avec qui il part, si il gardera certain ou non, et on le verra, le remarquera, sur les visages de ses joueurs dans les jours suivants.

La surprise de Mourinho

Pour lui, le défi est passionnant. Pour chaque absence pour cause de blessure ou de sanction il aura à chercher une solution. C'est le moment des nuances, des détails. Quand il annonce les dangers de l'adversaire il le fait parce qu'il a été joueur, d'abord, et un entraîneur, par la suite. Parce qu'il l'a vécu. Parce que ça l'a frappé. Et pour cela il sait, et devine juste, que les matches les plus dangereux sont ceux que tous donnent déjà acquis avant de les disputer. Avant le premier match contre Madrid, tout le monde sera vigilant. En fonction de ce que vaudront les résultats il se chargera de freiner les euphories ou de remonter le moral.Il sait que Mourinho va essayer de le surprendre d'une manière, mais le Portugais sait aussi qu'il est très difficile de surprendre le Barça si cela concourt à ne pas être fidèle à son style, si ce n'est avec le plus grand sérieux.

A ce stade de la saison - finale de la Coupe, demi-finale, sans doute, de la Champions - personne ne veut mourir noyé sur le rivage. Mais un seul peut gagner. Aussi bonne la saison des deux équipes soit-elle, seulement les titres donneront un lustre à la campagne des deux. Sauf surprise majeure, la Liga sera azulgrana tôt ou tard.

La référence

Mais il se pourrait bien que le Barça gagne la Liga, la Copa del Rey, gagne même jusqu'à trois des quatre confrontations, et toutefois, perdre son ticket pour la finale de Wembley. Alors vont-ils être content les Catalans? Sûrement pas.

Il est donc très important de savoir être compétitif dans ce genre de play-off contre les Blancs. Il ne s'agit pas de gagner tout, mais de gagner les matches adéquats. Si le Barça réussit, il certifiera un degré de maturité supérieure à celui qu'il a déjà. Et, d'achever le travail dans Wembley, cela recommencera à être une référence pour tous. Le champion est toujours la référence. Par cela il est important, comme j'entends le football, que le champion reflète ce qui fait le Barça. Un style offensif, une formation et les propres valeurs de Guardiola : un travail acharné et le respect.


Source: El Périòdico

Posté par weedzi2590
Article lu 8225 fois