Array Aleix Vidal : radiographie du futur - FC Barcelona Clan

En Une | Club | mercredi 4 novembre 2015 à 22:50  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Pour comprendre la relative indifférence qui entoure l'arrivée d'Aleix Vidal sous les couleurs blaugranas, il faut se souvenir du contexte qui entourait l'annonce : lendemain de triplé, élections à venir, arrivée d'Arda Turan. Moins médiatique que celle du Turc, l'arrivée d'Aleix Vidal est pourtant au moins aussi stratégique. A moins de deux mois de ses débuts officiels : présentation et perspectives.

A l'annonce de la signature du Sévillan deux noms sont immédiatemment venus en tête : Alvès et Alba.

Le premier, non seulement parce qu’ils partagent leur passage à Séville, mais aussi pour ce côté droit sur lequel ils brillent. La prolongation du Brésilien contenait tous les ingrédients d’une télénovela brésilienne classique : grossièreté, fierté blessée, mise en scène outrancière, larmes d’adieu, rupture apparente et, en guise de conclusion, une fin heureuse. Nous ne saurons jamais si l’arrivée de Vidal a eu une influence sur la décision d’Alvès (peut-être que le Brésilien et son entourage ont compris que le club préparait cette fois-ci sérieusement sa succession et que l’offre qu’il avait reçue serait effectivement la dernière ?) mais ce qui est sûr c’est que la décision du Brésilien a eu, elle, une grande influence sur l’avenir de Vidal : les deux seront en compétition pour une place. L’avenir nous dira si le Catalan vient en complément de Dani ou pour le remplacer à court terme.

En ce qui concerne le rapprochement avec Jordi Alba, il ne peut être fait sur la place sur le terrain, bien qu’Aleix puisse également jouer sur le côté gauche. C’est vers leur trajectoire professionnelle qu’on trouvera les similitudes : formés dans les catégories inférieures du club (ils ont même partagé le vestiaire en Infantil B), ils sont partis du club pour grandir sous d'autres couleurs, ils ont été tous les deux convertis du poste d'ailier au celui d’arrière gauche par le même homme : Unai Emery, et enfin, ils partagent désormais un retour à la « maison », le Barça, club qu’ils n’avaient quitté qu’à contrecœur.

Pour compléter ce petit jeu des ressemblances, ajoutons que Vidal partage avec les deux actuels titulaires du Barça un physique extraordinaire qui lui permet d’assurer à la fois les tâches défensives et d’être présent et généreux en phase offensive. Il est l’un de ces joueurs capables d’occuper toute une aile à lui seul.

En raison de ces éléments et du peu de confiance que Montoya a réussi à gagner la saison dernière et sans même évoquer le cas Douglas, Aleix Vidal peut donc d’ores et déjà être considéré comme un apport de grande importance car il règle la question de la dépendance de l’équipe vis-à-vis de la condition physique d’Alvès et garantit d’avoir un concurrent sérieux pour le poste de titulaire.

 

Profil

Nom complet : Aleix Vidal Parreu

Date de naissance : le 21 août  1989, à Valls (1h30 de Barcelone)

Nationalité : Espagnole

Hauteur : 1,76 m

Poids : 70 kg

 

Aspects physiques

La morphologie d’Aleix Vidal est plus proche de celle d'un coureur de demi-fond que d'un sprinter mais ses courses inépuisables sur le flanc pendant des matchs entiers, sa foulée étonnante lui permettent de dépasser la plupart de ses adversaires. Très vif, il est capable de déclencher des courses violentes et efficaces qui lui permettent de proposer des dédoublements  permanents.

Contrairement à Alba, Aleix Vidal est plus difficile à faire tomber, ce qui le rapproche d’Alves à cet égard. Sans être un spécialiste, Aleix a un meilleur jeu aérien que les autres arrières latéraux du Barça en raison de sa taille.

 

Aspects psychologiques

La route qu’Aleix Vidal a dû prendre pour atteindre l'élite de football a été longue et sinueuse. Jugez plutôt :

Après une saison dans le club local de l’UE Valls, il rejoint la Masia. Lors de la saison 2001-02, en U-13 il jouera avec  Jordi Alba.

A partir de là il changera quasiment tous les ans de club :

FC Cambrils (2002/03),

Gimnàstic (2003/04),

Real Madrid (2004/06),

Reus (2006/07) et

Espanyol (2007/08).

 

Après être passé par ces différentes académies et équipes de jeunes,  il va connaitre une destination exotique avec l'équipe grecque de Panthrakikos en 2008-09 (seulement 8 matchs joués).

Approchant de son 21e anniversaire, il a fini la saison avec l’équipe B de Majorque sans avoir la possibilité de jouer avec l'équipe première. Il a alors accepté l'offre d’Almeria qui ressemblait déjà à une dernière chance d’atteindre la Liga.

Et là, enfin, sa chance a tourné : en août 2011, il s’impose en équipe première en rendant en efforts et sacrifices la confiance que Lucas Alcaraz lui avait donnée. Avec Almeria, ils obtiennent la montée en première division et, après deux saisons dans la catégorie supérieure, Monchi le signe à Séville.

Unai Emery en fait l'un des piliers de l’équipe où il réalise une saison spectaculaire, couronnée par le titre en  Europa League.

Ce parcours parsemé d’embûches et de sacrifices personnels exprime parfaitement le caractère d’Aleix Vidal. C’est un combattant inépuisable avec une faim insatiable de succès, un acharné de compétition qui ne renonce jamais. A propos des 6 mois durant lesquels il ne pourra pas jouer, son ancien coach à Almeria, Lucas Alcaraz dit: “Si Aleix ne peut pas jouer jusqu’en janvier, il va s’entrainer encore plus. Il va faire pleurer le préparateur physique. ”

Un assoiffé de compétition, c’est exactement ce dont a besoin le vestiaire du Barça qui vient de réaliser à nouveau un triplé qui semblait impossible à répéter. Aleix Vidal va apporter son ambition et son dévouement dans le ronron quotidien d'un vestiaire repu de succès. Comptons sur lui pour ne pas laisser à Dani Alves une minute pour se détendre.

En outre, il possède une grande faculté à apprendre et à s’adapter qui a permis à Emery de prendre le risque d’utiliser Aleix comme arrière droit… et de réussir son pari ! Un poste pour lequel il a été signé, même s’il ne reconnaît pas comme sien, mais comme il le disait lors de sa présentation : « Je ne suis pas un arrière, mais je vais avoir le temps de travailler les exigences spécifiques de ce poste. Je viens ici pour me faire une place dans le 11 titulaire ».

Aspects techniques

Contrairement à Jordi Alba, qui a fini comme arrière gauche en partie à cause de ses limites techniques quand il était face à défenses compactes, la conversion d’Aleix Vidal a été opérée pour d’autres raisons.

Le nouveau joueur blaugrana est presque aussi rapide avec le ballon que sans. Il dispose d'un splendide contrôle qui est souvent synonyme de danger quand il trouve des espaces, ajoutez à ça une belle capacité à dribbler dans de petits espaces que lui offrent sa technique et son agilité à changer de direction. Dans cet aspect, il dépasse sûrement à la fois Alba et Alves.

Il ne brille pas par sa finition, mais en dépit de cela, il est un bon passeur, qui lui a permis de terminer la saison 2014/15 avec 6 buts et 11 passes décisives (chiffres qui sont en partie explicables par son positionnement au poste d’ailier sur les 2/3 de la saison).

 

Aspects tactiques

Aleix Vidal est un véritable joker : joueur très complet qui peut être placé sur les deux côtés, même s’il préfère la droite, il peut être aligné ailier (sa position naturelle), mais aussi milieu offensif ou arrière. Cette polyvalence, recherchée dans les recrutements de Luis Enrique depuis son arrivée, lui confère beaucoup de valeur au moment de construire l’équipe et de manière générale pour la gestion de l’effectif.

A Barcelone, il semble que son destin soit d'être aligné au poste d’arrière droit, mais étant données ses caractéristiques, son style de jeu nécessitera des changements ou l'introduction de nouvelles variantes tactiques sur le côté droit de Barcelone qui avait incroyablement bien fonctionné dans la dernière partie de la saison dernière. Aleix n’a été aligné à ce poste que lors des 8 derniers matchs de Séville. Et ce furent probablement les meilleures performances de sa carrière avec en point d’orgue le match aller de la demie finale d’Europa League contre la Fiorentina à domicile (3-0 et doublé pour Vidal).

… Offensifs

L'espace est l'habitat naturel d’Aleix Vidal car c’est grâce à cet espace que sa vitesse prend toute sa valeur. Le positionner derrière lui permet de s’élancer et de percuter ce qui ajoute un effet de surprise au jeu collectif, raison pour laquelle Unai Emery a décidé de l'utiliser à ce poste.

Dans les phases de transition offensive, il peut occuper l’espace, proposer des dédoublements et combiner avec ses coéquipiers grâce à ses qualités techniques. Sa vitesse et son agilité lui permettent de mener des contre-attaques, si nécessaire.

Tous ces éléments le rapprochent de son homologue  Jordi Alba, même si Vidal inscrit plus de buts. Mais c’est aussi ce qui le différencie de Dani Alves. En effet, même si le Brésilien a joué dans un rôle similaire à celui que nous venons de décrire pendant la plus grande partie de sa carrière, il a en fait joué comme un faux ailier au cours de la première partie de la saison et à la fin de cette même saison, Alves a brillé en jouant au milieu, derrière le ballon et à proximité de Busquets . Là, son jeu de passes courtes, sa faculté à combiner dans les petits espaces et principalement avec Messi ont été beaucoup plus mis en œuvre que de grandes chevauchées sur le côté droit.

C’est un fait établi que garantir les meilleures dispositions tactiques pour la star argentine est une obligation si le Barça veut répéter ses récents succès. La question qui reste en suspens est donc de savoir si Luis Enrique va demander à Aleix Vidal d’axer son travail sur le compartiment des combinaisons et donc d'essayer de reproduire ce rôle « à la Alves », ou au contraire, s’il va lui demander de couvrir le côté droit, faisant ainsi de Rakitic et Rafinha les partenaires privilégiés de Messi quand Alves n’est pas sur le terrain.

… Défensifs

Comme Vidal l’a lui-même reconnu lors de sa présentation, un de ses principaux objectifs au cours des prochains mois durant lesquels il ne jouera pas en raison de l’interdiction de la FIFA seront axés sur la maitrise des concepts défensifs. Il ne s’agira plus de se contenter de compenser ses erreurs en défense, dûes à son inexpérience à ce poste, par ses aptitudes physiques.

Le jeu catalan exigera qu’Aleix participe pleinement à l'attaque ce qui conditionne également les prestations défensives des joueurs qui partagent l'aile droite avec lui. Etant donné que Messi est l'un d'entre eux, la liste se réduit en réalité au milieu de terrain intérieur droit. Si Lucho demande à Aleix de couvrir toute l'aile comme Alves l’a fait dans la première moitié de la saison, Rakitic aurait à supporter, une fois de plus, le poids du système pour couvrir les arrières du défenseur lors de ses montées. Mais en plus, si Aleix doit tenter de reproduire le jeu du Brésilien que nous avons vu depuis mars, c’est-à-dire être à la fois le partenaire de Messi en attaque mais aussi le principal allié de Busquets au pressing dès la perte de la balle, alors Vidal aura besoin d'apprendre très rapidement à déchiffrer la trajectoire de la balle, les mouvements de ses coéquipiers (à commencer par ceux de Messi), quand enclencher le pressing et quand tenir sa position .

Serait-il possible de demander à Vidal de faire du Alvès ?

Conclusion

En bref, Aleix Vidal a un défi majeur devant lui : après être venu à bout d’un parcours d'obstacles sur l’ensemble de sa carrière, il lui faut désormais gagner une place dans le vestiaire le plus titré de la dernière décennie. Pour cela, il doit se réinventer en tant qu’arrière et peut-être même comme un milieu de terrain. Il a beaucoup à apprendre et assimiler mais il a fait la démonstration tout au long de son parcours de sa capacité à apprendre,  s'adapter et réussir.

Sources: https://grup14.com/article/aleix-vidal-must-overcome-more-challenges-if-he-is-to-become-a-starter-at-barcelona

https://grup14.com/article/aleix-vidal-everything-you-need-to-know

http://www.fcbarcelona.com/football/first-team/detail/article/season/2014-2015/aleix-vidal-and-jordi-alba-back-in-the-same-dressing-room

 


Posté par Clément
Article lu 9437 fois