Array La renaissance de Gerard Piqué - FC Barcelona Clan

En Une | Gerard Piqué | samedi 5 mars 2016 à 11:40  | Ajouter aux favoris / Partager  | Email

Après avoir déclaré en juillet 2014 qu’il ne figurait plus parmi les trois meilleurs défenseurs centraux du monde, le Catalan est revenu au plus haut niveau. Maturité, ambition, force mentale, nouveau régime, vie familiale stable… telles sont les clés de son retour au sommet.

31 juillet 2014. Gerard Piqué était présent en conférence de presse au St George’s Park National Football Centre, siège de la fédération anglaise, à l’occasion de la pré-saison du Barça. Au programme : autocritique personnelle suite à la saison 2013/2014, celle de Tata Martino, qui s’est terminée en fiasco pour le Barça. Pour couronner le tout, l’Espagne venait d’être éliminée au premier tout de la Coupe du monde au Brésil après s’être pris un mémorable 5-1 contre les Pays-Bas lors du premier match. Le message était clair : « Actuellement, je ne fais pas partie des trois meilleurs centraux du monde. C’est un fait. Je ne peux pas y prétendre à cause de la saison que je viens de faire avec le Barça, et aussi avec le mondial qui s’est terminé avec la sélection. Mais je sais que pour évoluer au Barça, il faut en faire partie ». Sans détour, le défenseur reconnaissait sa baisse de niveau. Il ajoutait cependant que « je peux récupérer mon niveau, et c’est ce que je vais faire. Si je vois que je ne suis pas à la hauteur, je serai le premier à le reconnaitre. Mais je suis convaincu que Luis Enrique va m’aider à atteindre mon but. Cela va arriver, j’en suis convaincu ».

Un an et sept mois plus tard, l’on peut affirmer que Piqué a réussi. A l’aide de ceux qui le connaissent bien et des joueurs qui partagent sa vie dans le vestiaire, il est possible de dresser une liste de facteurs clé, facteurs ayant conduit le numéro 3 du Barça à revenir parmi l’élite des défenseurs à 29 ans.

Autocritique et reconnaissance de sa chute

Les proches de Piqué expliquent souvent que c’est quelqu’un de très sûr de lui, quelqu’un qui n’en démord pas s’il est convaincu qu’il a raison. Mais de la même manière, quand il se rend compte qu’il s’est trompé sur quelque chose, il l’admet et le rectifie sans soucis. C’est ce qu’il a fait le 31 juillet 2014 : admettre publiquement que son niveau a baissé et qu’il fallait s’améliorer. Le cacher ne servait à rien, et révéler son état aux yeux de tous l’obligeait à faire un pacte avec lui-même. C’était devenu une priorité et quelque chose d’impératif. Il devait maintenant s’acquitter de ce pacte.

Augmentation de son rôle dans l’équipe après le départ de Puyol

L’association Piqué / Puyol a assurément constitué l’une des meilleurs doublettes de centraux de l’histoire du Barça. Durant le cycle de Guardiola, les titulaires étaient bien implantés dans l’équipe, la moisson de titres récoltée par celle-ci ayant par ailleurs donné raison à l’entraîneur. Mais le genou de l’emblématique capitaine du Barça ne tenait plus, le forçant à se retirer en 2014. Piqué est donc resté seul, sans son grand frère, celui qui lui a donné tant de conseils, tant d’astuces pour défendre (le marquage dans et en dehors de la surface de réparation notamment). A ce moment, Gerard reconnut qu’il devait faire un pas en avant : la référence en défense ne résidait plus dans la seule personne de Puyol, mais dans sa nouvelle association avec Mascherano, un milieu reconverti en central. Même si Masche est un leader, Piqué se devait d’être la référence de la doublette.

Remise en question de Guardiola et Luis Enrique

De l’aveu de tous, Piqué a toujours été un joueur très important de l’effectif du Barça. Pour cette raison, le voir sur le banc lors d’un match à enjeu est à chaque fois un évènement. Cela s’est cependant produit avec Guardiola à l’occasion d’un match disputé à San Siro contre le Milan AC, et également avec Luis Enrique l’année dernière lors du déplacement au Parc des Princes en phase de poules de la Ligue des champions. Au lieu de s’apitoyer sur son sort, Piqué s’est fait violence et a travaillé pour que cela n’arrive plus. Ses efforts ont par la suite payé.

Un régime alimentaire spécifique

Pour un professionnel de haut niveau souhaitant avoir un bon rendement, absolument chaque détail compte. Parmi les différents facteurs qui suscitent l’attention des préparateurs physiques et des médecins, le régime alimentaire fait figure de priorité. Sur ce domaine, Piqué a beaucoup muri. Désormais, il contrôle et soigne ce qu’il mange à l’aide de cuisiniers professionnels. Sa compagne, Shakira, s’y attache également. Cela n’est évidemment pas sans but : quand on souhaite reconquérir notre niveau passé, ainsi que notre réputation, éviter les blessures est un facteur décisif. En ce sens, l’alimentation est fondamentale.

Un éloignement des médias

L’une des premières mesures prises par Piqué à l’heure de se focaliser sur son objectif a été de réduire, dans une certaine mesure, son exposition aux médias. Bien qu’il continue à donner encore des interviews, il est désormais plus sélectif. Par la même occasion, cela lui a permis de se « couvrir » un peu et de profiter plus de sa famille.

Une vie personnelle organisée

Quand on est jeune, qu’on est l’un des plus gros espoirs de son club et de sa sélection, la logique est de profiter du temps libre. Et si on a l’occasion de sortir de temps en temps, on sort. S’il n’y a pas d’excès, cela ne peut pas faire de mal. Mais si on a un projet de famille sérieux, avec une compagne stable et deux enfants en bas âge, comme c’est le cas pour Piqué, sortir coûte déjà un peu plus. Il demeure préférable, dans ce cas, de profiter de ce temps libre pour se reposer et d’avoir des horaires stables. Il faut parfois reconnaitre qu’être tranquillement chez soi, seul, avec une pizza et une bière, ça n’a pas de prix. Et le temps a eu raison de Piqué, qui semble aujourd’hui assagi et mûr.

L’influence de Shakira

Ensemble depuis plusieurs années, Piqué et Shakira filent le parfait amour et leur relation est bien partie pour durer. La chanteuse colombienne est une artiste de renommée mondiale et une professionnelle de premier plan, comme le démontrent ses nombreux succès lui ayant permis de participer à des évènements tels que la Coupe du monde 2010 en Afrique du sud. Et si sa femme est une excellente professionnelle, Piqué se devait lui aussi d’être à la hauteur. C’est désormais chose faite, et les deux tourtereaux forment à l’heure actuelle l’un des couples les plus reconnus au niveau mondial.

Un capitaine sans brassard

Bien qu’il ne fut pas élu quatrième capitaine de l’équipe suite au départ de Xavi l’été dernier, Gerard Piqué demeure malgré tout une référence à part entière dans le vestiaire. Ainsi, certains le voient comme un capitaine sans brassard puisque même s’il ne le porte pas, il se comporte parfois comme tel. Dans le vestiaire, il crée une bonne ambiance, accueille les nouveaux et montre la voie aux jeunes. Sur le terrain, c’est la même chose. Le défenseur tient tête aux adversaires de poids et discute avec les arbitres quand il le faut. Son aisance devant les médias et sa capacité à faire passer un message clair et sans détour en font également une tête d’affiche indiscutable de l’équipe.

Une bonne entente avec le trident

Piqué se plait beaucoup dans l’équipe et cela lui donne naturellement confiance. Un facteur important réside dans la grande entente qu’il entretient avec Messi, Neymar et Suarez. Léo et lui se connaissent depuis qu’ils sont enfants (la génération 1987 de la Masia, avec également Cesc Fabregas), et les deux autres l’ont découvert à leur arrivée au club et s’entendent à merveille avec lui. Il est en effet courant de les voir plaisanter ensemble à l’entrainement ou sortir ensemble du vestiaire. Il va de soi que ressentir l’admiration de la « MSN » insuffle de la confiance à chacun et fait pousser des ailes.

Un mental à toute épreuve

Gerard Piqué a dû endurer une grande campagne médiatique contre sa personne à chaque match disputé avec la sélection. Il a cependant écouté les sifflets de ses propres supporters et les a supportés avec caractère. Ne rien dire. Ecouter. Apprendre. Se motiver encore plus. Cela l’a rendu plus fort. Piqué, ancré dans ses convictions, est désormais habitué à jouer sous pression.

Madrid en ligne de mire

Le grand rival du Barça enchaine les saisons compliquées. Les projets ne réussissent pas et la Maison Blanche commence à s’inquiéter. Et s’il ne devait rester qu’une seule personne au monde pour entretenir et animer cette rivalité, ce serait Piqué. L’objectif actuel, à ses yeux plus que quiconque, est donc de remporter le plus de titres possibles pour enfoncer encore plus le Real dans la crise.

Changement de mentalité : ne plus vouloir arrêter à 30 ans

Il y a peu, Piqué parlait d’arrêter le foot à 30 ans. Dans son esprit, il fallait vivre intensément ce qu’il lui restait à vivre jusqu’à ce moment, et ensuite passer à d’autres projets. Mais maintenant, ce n’est plus le cas. Sa priorité absolue est le football, d’autant plus qu’il est conscient que s’il parvient à prendre soin de lui comme il le fait actuellement, il pourrait conserver un très bon niveau encore plusieurs années et se retirer à 35 ou 36 ans avec un palmarès spectaculaire.

Résistance à sa douleur à la hanche

On en parle peu, mais Piqué souffre actuellement de soucis à la hanche droite provenant d’une « fissure » causée par un duel avec Diego Costa en 2014. Il ne se plaint pas beaucoup, mais la douleur est bien là, si bien que souvent il joue sous infiltration. Courageux et endurant, le défenseur fait avec ces problèmes. Son évolution sous-entend aussi de mieux traiter son corps et de se soigner autant que nécessaire pour éviter les risques de subir d’autres blessures qui viendraient s’ajouter à celle-ci.


Posté par Senox10
Article lu 4517 fois